Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)

Le fantôme des Spirou qui ne seront jamais

Parmi les trouzaines (sans doute un mot-valise composé de “douzaine” et “trop”) de blogs que je suis, il y a celui du Reilly, The Best Place. Il y cause littérature, films et, parfois, bédé. Dans sa note 1229, intitulée Lost Chapter, il revient sur un album de Spirou qui m’avait particulièrement marqué, Machine qui rêve.

Sur cet album, on a tout écrit, principalement en mal. Et il est vrai qu’il avait quelques défauts méchamment rédhibitoires. Mais je l’avais bien aimé, principalement parce que Tome & Janry, les auteurs de l’époque. étaient partis pour faire un reboot sérieusement couillu d’un des personnages les plus anciens de la bande dessinée franco-belge, comme le prouvent les premières planches d’anthologie d’un Zorglub à Cuba que mentionne le Reilly dans son article.

Parce que Spirou, mine de rien, va avoir 75 ans l’année prochaine. Rien que. Alors certes, il a connu une méchante interruption entre 1940 et 1945, mais c’est quand même un personnage qui est passé entre les mains d’une bonne douzaine d’auteurs différents, et non des moindres: de Rob-Vel, son créateur, à Jijé, puis Franquin. Et c’est un problème.

En fait, c’est surtout un problème pour les auteurs qui arrivent aujourd’hui. Au début, tu essayes de coller au perso des origines et tu as un machin suranné, ce qui peut jouer sur un ou deux albums en jouant l’auto-dérision. Arrive un moment où ça ne colle plus, tu tentes la modernisation et le reboot plus ou moins audacieux et, systématiquement, tous les FBDM débarquent avec torches et fourches (généralement avec l’éditeur en tête de cortège, que ce soit la bave au lèvres ou au bout d’une pique).

En Europe, on se moque volontiers des comics de super-héros et de leurs continuités, disons, aléatoires, mais il faut voir que la continuité dans la création populaire est un concept qui est somme toute très récent. Des séries comme Dr Who ont eu beaucoup de mal à gérer cela et les San-Antonio l’ont pendant longtemps soigneusement ignorée.

Pour citer un exemple récent, j’avais été estomaqué en constatant que L’étrange rendez-vous de Blake & Mortimer escamotait complètement l’intégralité des aventures du Piège diabolique – encore qu’on pourrait me rétorquer que ce dernier étant postérieur, l’histoire a pu changer et effacer l’avenir de L’étrange rendez-vous. Ça a l’air bête, mais mon côté “créateur de contexte” en faisait plein de petits bonds outragés.

Je vais finir par penser qu’Hergé, en interdisant qu’on reprenne Tintin après sa mort, avait fait le bon choix.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Le fantôme des Spirou qui ne seront jamais”

%d blogueurs aiment cette page :