Le monde est métal

À force de rencontrer des groupes de métal (et de prog aussi) venus de contrées improbables, on en vient à se demander quel pays du monde n’en a pas. La réponse à cette question est venue via une infographie réalisée sur la base de données récupérées par le site Encyclopedia Metallium et peut se résumer par « pas beaucoup ».

Pour être plus précis, la seule région qui semble en être complètement dépourvue est, sans trop de surprise, l’Afrique centrale – à l’exception du Kenya, du Mozambique, de l’Angola et du Botswana (plus un douteux en République démocratique du Congo). Sans surprise également l’absence de la Corée du nord, de l’Afghanistan et du Yémen; plus surprenante est l’absence du Surinam, du Cambodge et de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

Beaucoup plus étonnante est la présence de groupes dans des coins comme l’Iran, l’Irak, le Pakistan ou l’Arabie saoudite (qui en compte rien qu’une douzaine). L’Amérique latine, qui n’est pas exactement considérée comme une des places fortes du métal mondial, est également bien représentée et, vous l’aurez deviné, l’Europe en général et les pays nordiques en particulier écrasent tout le monde.

Je n’irai pas jusqu’à dire, comme l’article lié, que le métal est une culture universelle, mais c’est certainement un exemple de culture globalisée qui a un impact mondial, bien supérieur sans doute à ce que le commun des mortels – et pas mal de métaleux également – pourraient supposer.

Moi qui ai pu quand même écouter une petite quantité d’albums venus d’endroits improbables, ce que je trouve souvent le plus intéressant avec ces groupes « exotiques », c’est la façon dont ils intègrent leurs influences culturelles locales dans leur musique ou leur jeu de scène; à ce sujet, vous pouvez aller jeter un œil sur des articles récents de l’ami Imaginos, qui parle de ses découvertes ukrainienne ou japonaises.

Note: la carte est sous licence Creative Commons share-alike « 2012 depo », mais je n’ai pas pu trouver son origine première.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Guillaume44 dit :

    J’adore cette carte 🙂

  2. MJ dit :

    En fait, la carte est assez mal faite dans sa forme : le gris n’est pas spécifié dans la légende. (et l’échelle chromatique et olé olé) Si cependant ils ont utilisé les conventions : ce n’est pas qu’il n’y a pas de métal en Afrique centrale, mais seulement que nous n’avons aucune donnée.

    Voilà ma pierre.

    MJ

  3. Imaginos dit :

    Sur un plan purement « scientifique », je doute que cette carte ait beaucoup de valeur (même si elle indique une tendance). Sur l’Encyclopedia Metallum, on trouve aussi bien des groupes dissous depuis plusieurs dizaines d’années que des groupes en activité, et un même groupe peut y figurer plusieurs fois s’il a changé de nom. De plus, ne sont recensés que des groupes qui ont sorti au moins un album ou une démo, ça ne reflète pas la vivacité de la scène locale.
    Mais je pense que si quelqu’un se farcissait la tâche fastidieuse de ne recenser que les groupes en activité et de les rapporter à la population des pays, on aurait à peu près la même carte (mais dans des tons un peu plus clairs…).

    P.S. : merci pour la pub’ ! 🙂

  4. Alias dit :

    Grâce à Midori, j’ai trouvé une version avec des couleurs plus moches, mais plus lisibles:

    http://copyranter.blogspot.ca/2012/03/world-map-metal-bands-per-100000-people.html

  5. Marion dit :

    C’est génial! Ca me rappelle mes vacances en finlande, quand il y avait des chansons de metal au bar karaoké, entre Elton John et Rihanna on trouvait Slayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :