“Le Serpent d’Angoisse”, de Roland C. Wagner

Deuxième court roman de Roland C. Wagner, Le Serpent d’Angoisse est très différent de Cette crédille qui nous ronge, que j’avais précédemment chroniqué ici. En lieu et place d’une sorte de planet-opera un peu déglingué aux allures de campagne québecoise, on a ici une histoire aux relents de cyberpunk dans des États-Unis puritains et ségrégationnistes au bord de la guerre civile.

Le Serpent d’Angoisse joue en fait sur l’expression “le rêve américain” en imaginant une société où les laissés-pour-compte recréeraient des communautés au sein des centre-villes désertés pendant que les super-riches se paieraient des vacances dans – littéralement – un monde de rêves, grâce à une invention permettant de voyager par l’esprit dans des mondes virtuels de son choix.

Se greffe là-dessus une histoire de vengeance, qui apparaît petit à petit au détour d’incidents dans la matrice des rêves, le tout sur fond d’insurrection généralisée, de sexe, de drogues et de rock’n’roll. Parue initialement en 1985, l’histoire paraît étrangement prémonitoire, trente ans plus tard, par certains côtés – notamment la ville de Detroit laissée à l’abandon par les pouvoirs publics et reprise en main par ses habitants.

Disons les choses ainsi: s’il est dans l’ensemble très bien, j’ai été largement moins enthousiasmé par cette novella que par la précédente. Les thèmes sont somme toute plus classiques et la construction sévèrement bordélique, entre points de vue multiples et mondes oniriques plus ou moins contrôlés. Mais le fond est ici plus intéressant que la forme et, en cent vingt pages, Le Serpent d’Angoisse se lit vite en laissant une impression durable.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de ““Le Serpent d’Angoisse”, de Roland C. Wagner”

  1. Le Serpent d’Angoisse, je l’ai lu à sa sortie dans la collection Anticipation de Fleuve Noir. Ce livre m’a profondément marqué. C’est aussi le premier livre “publié” de l’univers partagé que RCW va utilisé pour la plupart de ses romans (Les Futurs Mystères de Paris). Si tu les trouves, je te conseille Les Derniers Jours de Mai (2 tomes) et Le Paysage Déchiré qui se situe dans le même univers.

    Répondre
    • Sans aller jusqu’à dire qu’il a mal vieilli (ce n’est pas réellement le cas), je peux comprendre qu’il ait été beaucoup plus marquant à sa sortie. Il est en quelque sorte en avance sur son époque.

      Répondre
  2. Comme tu le dis, cela semble étrangement prémonitoire de ce qui se passe actuellement aux USA entre Detroit et Google Glass et les tendances de cette société actuelle, avec les exces des ultra riches et le profond malaise entre les républicains et démocrates.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :