Leafblade: The Kiss of Spirit and Flesh

En règle générale, je ne suis pas un grand fan du folk progressif, mais The Kiss of Spirit and Flesh de Leafblade m’apparaît comme étant une des meilleures productions du moment et du genre.

Bon, il faut dire aussi que, derrière ce groupe, on retrouve Daniel Cavanagh et Daniel Cardosa, d’Anathema, ce qui se sent sur un certain nombre de morceaux qui, au-delà des ambiances folks, posent des accords doom/métal un peu incongrus, mais finalement pas tant que cela.

Du coup, tout au long de ces huit pistes et cinquante-trois minutes, on se balade entre le folk paisible des années 1970, façon Simon & Garfunkel ou Mike Oldfield, et des ambiances plus pesantes à la Anathema.

D’un « Bethlehem » à un « The Hollow Hills » (pour ne citer que les deux premiers titres), on a l’impression d’une promenade au clair de lune dans des paysages tantôt grandioses, tantôt angoissants, mais qui ne laissent que rarement indifférents.

Au reste, je pense que c’est ce mélange de genres qui rend The Kiss of Spirit and Flesh si intéressant; au reste, le titre est très bien trouvé: c’est une musique qui parle autant aux tripes qu’à l’esprit. Après, je soupçonne que les métaleux hardcore risquent de tout de même trouver le temps un peu long.

Je recommande néanmoins chaudement ce The Kiss of Spirit and Flesh aux amateurs d’ambiances folk qui ne sont pas allergiques à quelques touches de modernités (impliquant des guitares sursaturées).

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. fxguillois dit :

    moi ca n’a parlé ni à mes tripes ni à mon esprit. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :