"L'Entraide. L'autre loi de la jungle", de Gauthier Chapelle et Pablo Servigne

“L’Entraide. L’autre loi de la jungle”, de Gauthier Chapelle et Pablo Servigne

Il arrive parfois que je vois passer, sur tel ou tel article, site ou réseau social, un bouquin dont le thème me tape dans l’œil immédiatement. C’est le cas de L’Entraide. L’autre loi de la jungle, ouvrage signé par les chercheurs français Gauthier Chapelle et Pablo Servigne.

Je dis “chercheurs” parce que le duo part d’une formation de biologiste et ingénieur agronome pour couvrir, dans cet ouvrage, un champ de connaissances qui passe par la psychologie, la sociologie, l’économie, la biologie et quelques autres.

Pour résumer très simplement la thèse centrale du bouquin: les mécanismes d’entraide sont aussi présents dans la nature que ceux de compétition et, suivant les cas, ils sont plus efficaces que ces derniers. Donc, ceux qui affirment que la “loi du plus fort” est la seule qui soit naturelle se trompent lourdement. Ou sont de très mauvaise foi, c’est selon; mais ça c’est mon avis.

Dans L’Entraide, les auteurs commencent par un salutaire rappel quant aux mécanismes d’entraide qui existent dans la nature: au sein d’une même espèce, mais aussi entre espèces. En se basant sur des expériences de sociologie – genre “dilemme du prisonnier” et assimilés – ils démontrent que ces mécanismes peuvent également s’appliquer à l’humain.

Là où j’ai trouvé cet ouvrage très intéressant, c’est qu’il fait écho à un des gros clichés de la collapsologie – l’étude de l’effondrement de notre civilisation – et de son pendant fictif, le post-apo. On parle souvent qu’en cas de crise majeure, les liens sociaux se déliteraient à grande vitesse et ce serait très vite la loi du plus fort.

Or, L’Entraide dit (presque) exactement le contraire: les études semblent montrer qu’au contraire, quand les circonstances deviennent tendues, les humains ont tendance naturellement à collaborer plutôt qu’à s’opposer. Jusqu’à un certain point: s’il n’y a plus de ressources du tout, c’est la concurrence qui reprend ses droits.

Pour tout dire, en simplifiant pas mal, on peut affirmer que l’évolution est surtout basée sur… l’économie d’énergie. Les espèces développent des mécanismes pour optimiser leur utilisation des ressources et l’entraide est un des mécanismes les plus efficaces pour un groupe d’individus.

Une des découvertes-clé en ce domaine, c’est qu’il y a un double mécanisme d’évolution: un qui favorise les individus les plus “concurrentiels” au sein d’un groupe, mais dans le même temps un second qui, lui met en avant les groupes qui coopèrent le mieux.

J’ai trouvé ça intéressant, parce que c’est une théorie que j’ai vu passer depuis un petit moment chez quelques auteurs de science-fiction. On la trouve notamment chez Cory Doctorow, partiellement dans son roman Walkaway, mais il a aussi développé cet aspect dans quelques articles, par exemple celui-ci publié dans Locus.

But what if a story made the fact of humanity’s essential goodness the center of its conflict? What if, after a disaster, everyone wanted to help, but no one could agree on how to do so?

Cory Doctorow, “Be the First One to Not Do Something that No One Else Has Ever Not Thought of Doing Before”, Locus Magazine, 5 juillet 2017

L’Entraide est un bouquin qui remet en question pas mal de clichés et c’est une bonne chose. C’est d’ailleurs un de ses buts avoués: remettre en question la mythologie de la Loi du Plus Fort, qui est quand même un peu au cœur de certaines théories ultra-libérales (culte du winner, mythe de l’effort, individualisme forcené, etc.)

Il montre aussi des aspects méconnus de la biologie (la communication entre arbres, par exemple) et, dans un annexe, raconte un fragment très intéressant de l’histoire des sciences, sur Edward O. Wilson et la “nouvelle sociologie”.

En bref, en 350 pages (plus une cinquantaine de pages de références), c’est un texte accessible et qui regorge d’idées fascinantes. Je le recommande fortement à ceux qui s’intéressent à l’avenir de l’humanité ou qui veulent créer des sociétés un peu moins clichés.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur ““L’Entraide. L’autre loi de la jungle”, de Gauthier Chapelle et Pablo Servigne”

%d blogueurs aiment cette page :