Les années huitante

S’il y a une décennie récente qui semble être honnie par tout le monde et son chien, c’est bien les années 1980. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi une telle haine, mais c’est peut-être parce que je les ai vécues.

J’aimerais croire qu’une bonne partie de la responsabilité pour des tels sentiments vient des récupérateurs de nostalgie qui, sous couvert de nous rejouer “la musique (ou les séries) de notre enfance”, vont piocher sans vergogne les pires bouses de la période pour nous les resservir avec un rabe de guimauve, pour faire bonne mesure. Mais, si ça se trouve, c’est plus un symptôme qu’une cause.

Certes, les années huitante nous ont servi une bonne part de désastres, principalement musicaux. Mais c’est aussi à cette époque que percent Marillion et Fates Warning, qu’Iron Maiden fait ses meilleurs albums et que Dream Theater commence à poindre – et que dire des trois live de Tangerine Dream, Logos, Poland et Pergamon?

C’est aussi à cette période que j’ai commencé le jeu de rôle et que je me suis mis à écrire Tigres Volants, qui par bien des côtés est complètement dans l’esprit des années 1980. Un indice: la Troisième Guerre mondiale commence en 1989. La destruction mutuelle assurée était sacrément présent dans mon esprit, à tout le moins.

Je me demande si ce n’est pas là une des clés de ces satanées années huitante: une sorte d’ambiance de fin du monde, un “après moi, le déluge nucléaire” qui faisait qu’inconsciemment ou non, on pensait ne jamais voir l’an 2000. On avait tort et ce n’est pas plus mal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Les années huitante”

%d blogueurs aiment cette page :