Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002

« Les Arcanes du chaos », de Maxime Chattam

Il m’a fallu un certain temps pour oser attaquer ces Arcanes du Chaos, mini-pavé signé par le français Maxime Chattam et étiqueté « thriller », qui m’avait été offert par The Old Ben au cours de l’échange traditionnel de cadeaux rôlistes (et assimilés) connu sur Antonio Bay comme « Secret Santos ».

Le sujet en est une jeune femme parisienne au demeurant parfaitement banale, Yael Mallan, qui se retrouve à voire des ombres qui n’y sont pas dans les miroirs et recevoir des messages de mystérieux correspondants l’incitant à chercher la vérité derrière les apparences.

Vous l’aurez peut-être deviné, le thème du « Secret Santos » de cette année était les conspirations. Sujet qui m’amuse beaucoup, mais que je trouve souvent mal traité (et maltraité) dans les médias contemporains, qui semblent avoir décidé, depuis X-Files, que c’est très tendance.

N’est pas Ken Hite ou Fringe qui veut et, de ce point de vue, je trouve que Maxime Chattam tombe un peu à plat avec ses histoires de Maîtres Secrets de l’Histoire. Je soupçonne que j’ai également un peu trop lu, de sources diverses, sur ce sujet pour être vraiment le public-cible.

Pas mal des péripéties et autres retournements me semblent un peu téléphonés, le jeu de piste est un chouïa gros et les explications didactiques qui parsèment l’ouvrage, sous la forme d’extraits a posteriori du blog d’un des personnages secondaires, donnent un peu trop dans le délire paranoïaque lambda (frôlant parfois les théories malsaines à la Thierry Meyssan) pour être crédibles.

J’ai également trouvé qu’un certain nombre des révélations arrivent également trop tôt ou trop tard – par exemple lorsqu’on apprend finalement si les visions de Yael sont réelles ou non. J’aurai préféré une rafale de révélations finales à la M. Night Shamalyan plutôt que des coups de théâtre dispersés et des monologues pour méchant de série B.

Sans être transcendant, le style de Maxime Chattam est plaisant ; j’avais un peu l’impression de lire un Fleuve Noir Anticipation du haut du panier. Ce n’est pas de la grande littérature, mais ça se laisse lire sans faire trop de chichis.

Et c’est un peu le paradoxe de cet ouvrage : même si j’aime bien en dire du mal (non sans certaines raisons, tout de même), je n’arrive pas à être complètement négatif. Je l’ai lu assez rapidement et pour ainsi dire d’une traite, sans jamais me dire « nan, c’est chiant, je vais passer à autre chose ».

Bref, ces Arcanes du chaos sont un honnête thriller français, à conseiller plutôt à ceux qui ne mangent pas du Suppressed Transmission trois fois par jour. Au reste, l’auteur est un rôliste – qui d’autre aurait surnommé un personnage « Le Shoggoth » ?…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “« Les Arcanes du chaos », de Maxime Chattam”

%d blogueurs aiment cette page :