Les brefs du samedi: Les Discrets / Leaves’ Eyes / Skeleton King

Les Discrets / Leaves' Eyes / Skeleton King

Le hasard ayant voulu que j’aie dans ma liste d’écoute exactement trois EP, j’en profite pour faire un tir groupé, façon « Restes du samedi », mais à la teinte metal, puisqu’on y trouve Les Discrets, Leaves’ Eyes et Skeleton King. Là, ce n’est pas la qualité, mais plutôt le format court qui m’empêche d’en faire des chroniques entières.

Les Discrets est un groupe qui mérite bien son nom, parce qu’entre ce Virée nocturne et Ariettes oubliées, il s’est écoulé quatre ans et je n’ai pas vu passer d’autres albums. En fait, il n’y en a pas eu, principalement parce que Neige et Winterhalter se sont concentrés sur Alcest en laissant ce pauvre Fursy Teyssier tout seul.

En théorie, Les Discrets est un groupe français dans la lignée post-black-metal d’Alcest, mais cet album est un peu différent. Les quatre titres sont plus dans un style ambiant/planant avec un vague soupçon doom derrière. Virée nocturne est une sorte d’apéritif avant un nouvel album, intitulé Prédateurs et prévu pour 2017.

On peut trouver cet EP sur Bandcamp pour un tout petit €4.

Leaves’ Eyes, eux, proposent un Fires in the North qui ressemble plus un à single qui aurait quatre faces B (ou un Maxi-45, pour les vieux). Le groupe de metal symphonique norvégien présente ici le morceau-titre, une variante acousticoïde et trois anciens morceaux retravaillés.

Du coup, on a une galette qui donne un goût de trop-peu. Certes, c’est du Leaves’ Eyes, donc c’est plutôt le haut du panier, mais cet EP a surtout pour principal intérêt de présenter Elina Siirala, la nouvelle chanteuse du groupe en remplacement de Liv Kristine.

Enfin, Skeleton King est un quatuor du sud de la France dont l’EP Natural Kingdom balance quatre titres de metal progressif instrumental de fort bonne tenue. L’album me rappelle STÖMB, ce qui est une excellente nouvelle. Il a même un côté un peu plus funky qui n’est pas désagréable. En fait, le gros défaut de cet album, c’est qu’il est trop court pour que j’en fasse une vraie chronique et que je lui donne un peu plus de visibilité.

Skeleton King fait preuve d’une maîtrise remarquable pour une première galette, avec des compositions variées et, en plus, le groupe a mis son EP à prix libre sur Bandcamp. Du coup, vous n’avez absolument aucune excuse pour ne pas aller y jeter une oreille.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :