Les Incidents de la Nuit

Je commence à devenir prévisible. L’âge, sans doute. Toujours est-il que c’est sur la suggestion de Benoît Felten (hébergé sur le site des Hu-Mu) que j’ai découvert Les Incidents de la Nuit, de David B., une bande dessinée onirique qui se déroule dans un Paris que n’aurait pas renié Jacques Yonnet.

Tout commence par un rêve – ce qui, au vu du titre, n’est sans doute pas un hasard – dans lequel l’auteur-narrateur découvre une étrange revue, intitulée Les Incidents de la Nuit. Peu de temps après, en visitant une étrange librairie, il tombe sur un exemplaire de ladite revue.

S’en suit une plongée dans l’envers mythique de Paris, où un ancien hussard de Napoléon essaye d’échapper à la mort en se cachant dans des livres, tout en sacrifiant à un dieu ancien et terrifiant dans le but de terminer l’œuvre de son maître: la conquête du monde.

En lisant les deux paragraphes précédents, vous aurez compris que « onirique » est un terme très approprié pour décrire les deux tomes de cette série. On notera au passage que quinze ans séparent les deux premiers tomes et qu’on ne sait pas trop quand (si) un troisième sortira.

Pour en revenir à l’histoire, il ne faut pas trop essayer de chercher un fil conducteur; pas qu’il n’y en ait pas, mais c’est très confus, passablement surréaliste et, pour ma part, je lui ai préféré la galerie de personnages et les éléments historico-fantastiques parisiens, comme les librairies-ancres (une par arrondissement) ou les guetteurs des ponts, et toute la mythologie autour du dieu Enn ou l’historique de la Cour des Miracles.

Les Incidents de la Nuit est une bande dessinée foutraque, très déroutante pour qui n’a pas trop l’habitude de sortir des canons du franco-belge lambda (indice: elle est éditée par L’Association), mais truffée d’idées et de concepts géniaux pour qui s’intéresse au fantastique contemporain en général et dans un cadre parisien en particulier. D’un certain côté, c’est l’opposé presque complet de l’autre bédé sur ce même thème, Paris Maléfices.

Je ne la recommanderais pas tout de go à tout le monde et son petit chien, ce d’autant plus que je ne suis pas vraiment moi-même un grand amateur de ces bandes dessinées « conceptuelles » et, ici, d’un dessin simpliste, en apparence presque amateur. Néanmoins, à ceux qui ont un réel intérêt pour l’approche onirique et fantastique d’une ville telle que Paris, Les Incidents de la Nuit mérite d’être au moins parcouru.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Roboduck dit :

    Faudra que j’essaye à l’occasion. J’ai déjà lu plusieurs BD de David B. et, dans l’ensemble, j’aime beaucoup. Par contre, c’est vrai que ça vire parfois au très bizarre.
    Roboduck Articles récents…Ryuutama en actionMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :