Les restes du samedi: Gorguts / Monsterworks

Gorguts / Monsterworks

Dans cet épisode des Restes du samedi, le port du casque est obligatoire, puisque ce sont deux albums assez peu subtils dont je vais vous parler, avec Gorguts et Monsterwork. Dans les deux cas, c’est la preuve que Angry Metal Guy n’est pas toujours de bon conseil, surtout quand on n’est pas un fan absolu de metal extrême.

Gorguts est un groupe canadien avec pas loin de vingt-cinq ans d’existence, mais, comme son nom l’indique, avec un penchant pour le brutal; c’est un des précurseurs du death-metal, bien avant que quelqu’un ait l’idée d’en faire une variante mélodique. Pleiades’ Dust, leur dernier album, est plus du genre avant-gardiste et je me suis laissé tenter par le côté “concept de trente-trois minutes sur la Maison de la Sagesse dans le Baghdad du IXe siècle”.

Disons les choses ainsi: c’est en effet avant-gardiste, mais c’est toujours brutal. Pour être plus précis, c’est du brutal que je n’aime pas, avec du gros growl méchant calqué sur une musique qui n’est pas souvent mélodique. Alors oui, le côté “un album, un morceau” est cool, mais dans ce genre de format, je préfère largement l’excellent Winter’s Gate.

Vous pouvez le trouver sur Bandcamp pour $10, ce qui est tout de même un peu cher pour à peine plus d’une demi-heure.

Black Swan Annihilation est l’album de Monsterworks, qui se définit comme un groupe de “supermetal”. Je suppose que, dans ce cas, le préfixe “super” peut se comprendre par “on prend du metal progressif et on rajoute plein de trucs par-dessus, dont un chanteur qui growle et qui hurle”. C’est un concept.

Malheureusement, c’est un concept qui fait certes beaucoup de bruit, mais qui ne me parle pas. Je trouve l’ensemble chaotique, quelque peu décousu, pas particulièrement mélodique et, globalement, pas super-agréable à écouter. Il y a des trucs pas mal, dans le tas, mais l’ensemble ne me convainc pas de la démarche.

Lui aussi est disponible sur Bandcamp, mais à prix libre, ce qui est vraiment cool. Même si la musique l’est moins, à mon goût.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. K von Murphy dit :

    « c’est du brutal que je n’aime pas, avec du grow growl méchant calqué sur une musique qui n’est pas souvent mélodique. »

    Si même toi tu n’aimes pas, il y avait peu de risque que ça me plaise. Mais je m’attendais à pire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :