Les restes du samedi: Gygax, Parqks

Gygax: "Critical Hits" / Parqks: "Slow Ascent Melancholia"

Nouvelle fournée de mini-chroniques pour les restes du samedi, la rubrique des albums qui sont pas inintéressants, mais qui ne m’inspirent pas assez pour pondre trois cents mots dessus. Pour cette fois, j’ai du hard-rock pour nerds avec Critical Hits, de Gygax, et du post-rock instrumental, avec Slow Ascent Melancholia de Parqks.

Le premier album aurait peut-être mérité une chronique pleine et entière au simple que titre que, dans le genre « rock pour rôliste », difficile de faire plus typé qu’un groupe californien répondant au nom de Gygax, découvert grâce à Angry Metal Guy, et dont l’album a pour titre Critical Hits – et inclut des morceaux intitulés « Lesser Magick », « Rope of Shadows » ou « Chain Lightning ».

Le souci, c’est que Gygax opère dans un genre qui n’est pas exactement mon préféré: le hard-rock façon seventies. Une fois ceci posé, c’est plutôt bien fait dans le genre et même plutôt marrant, mais somme toute assez anecdotique. Neuf pistes, une trentaine de minutes, emballez, c’est pesé!

Le plus simple, si vous voulez vous faire une idée, c’est d’aller sur Bandcamp, où Critical Hits est dispo à l’écoute et au téléchargement pour dix dollars US – ce qui est un peu cher, au vu de la longueur.

Second album de la chronique: Slow Ascent Melancholia de Parqks, un groupe qui aligne le triplé gagnant habituel: français, post-rock et instrumental (avec comme bonus « recommandé par Fred Bezies »). Originaire de Limoges, le quatuor propose une musique somme toute assez classique, plutôt dans le style planant que rythmé.

« Classique », comme dans « trop »; un peu comme pour Red Forest précédemment, je n’ai pas trouvé dans cet album quelque chose qui sorte vraiment de l’ordinaire – à part peut-être la grande plage quasi muette à la fin de l’album, qui est un gimmick qui tend plutôt à m’agacer.

Slow Ascent Melancholia est un album qui compte six pistes et un peu moins de quarante minutes, le tout pour trois euros sur Bandcamp, ce qui est vraiment pas cher. Ce n’est peut-être pas original, mais c’est bien fait et plutôt sympa.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. « (avec comme bonus « recommandé par Fred Bezies ») »

    Euh, c’est vraiment un bonus ? 😉

    Mais c’est vrai que le post-rock instrumental français se porte pas trop mal 🙂

    • Alias dit :

      C’est surtout que tu m’en as recommandé beaucoup dans cette catégorie. Après, il y en a des plus réussis que d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :