Libérez « Suppressed Transmissions »!

On va dire que j’insiste, que ça vire à l’obsession, mais c’est pas moi qui ai commencé: le blog rôliste Held Action vient d’en remettre une couche sur la réédition de l’intégralité des Suppressed Trasmissions de Ken Hite avec l’article Free the Suppressed Transmissions, lui-même relancé par une énième conversation sur RPG.net.

Quelque part, on pourrait se dire que la situation n’a pas vraiment changé: Steve Jackson Games semble avoir mentionné qu’ils ne sont pas opposés à cette idée, pour peu que ça leur rapporte des thunes. C’est de bonne guerre: c’est une maison d’édition, pas une fondation philanthropique. 

Donc, rien n’a changé? Pas si sûr: un nouvel acteur a, sinon apparu, du moins été révélé récemment au grand public et il pourrait changer la perspective. Cet acteur, c’est le crowdfunding (« financement participatif » en bon français) –  Kickstarter en tête.

En très résumé, le lancement d’un projet de réédition de tous les Suppressed Transmissions sur Kickstarter aurait plusieurs avantages. D’une, SJG fixe le montant dont ils ont besoin – genre, $5 000 pour une édition PDF simple. De deux, ils peuvent fixer un ou plusieurs buts supplémentaires en cas de surfinancement du projet; par exemple, si le financement atteint $7 500, c’est une édition mise en page avec toutes les notes et, à $12 000, on a droit a un vrai livre.

En plus, c’est un moyen pour faire parler du projet et pour impliquer concrètement les fans: un tel projet, qui semble déjà avoir des passionnés, a tout à gagner à les mobiliser.

Évidemment, le problème, c’est qu’un tel projet ne peut venir que de Steve Jackson Games – éventuellement de Ken Hite lui-même, mais je ne pense pas qu’il ait les droits sur ces textes. Cela dit, ce n’est pas complètement impossible non plus: c’est une maison d’édition qui a maintes fois prouvé qu’elle était plutôt au fait des outils modernes.

Donc, si le projet vous intéresse, faites passer le message: il est temps que ces transmissions perdues cessent de l’être!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :