Ludesco 2014

Je suis auto-déception. Alors que je me faisais une joie de vous narrer mes épiques aventures lors de la plus épique des conventions de jeux suisses, j’ai nommé Ludesco, je me vois dans l’obligation de rédiger un pathétique poulet à base de morve et de glande, avec à peu près zéro pour-cent de matière rôle.

Ceci est purement, intégralement et honteusement de ma faute, une combinaison de santé défaillante – maudit organisme, lamma sabachtani? – et de manque d’organisation. En bref et en moins théâtral, j’ai chopé la crève et j’ai oublié d’inscrire ma partie à temps.

Il en faut plus que cela pour m’empêcher d’aller à une convention et j’ai donc soigneusement emballé mes microbes pour leur faire prendre l’air à mille mètres d’altitude. En plus, cette année, il y avait de nouveau du beau monde, vu qu’Acritarche avait fait le déplacement de Belgique natale et Akae avait également pris la route des cimes.

Pour être positif, je dirais que cette édition aura été placée sous le signe du réseautage. C’est plus élégant que de dire que je me suis effondré comme une vache morte sur le stand accueillant de Projets R et que j’ai passé le plus clair de l’après-midi à discuter de tout et de rien, tout en buvant des bières et en mangeant une planchette plus garnie que le buffet d’un mariage royal.

Je suppose que j’aurais pu faire une partie, mais les seuls joueurs qui se sont présentés étaient une famille avec des enfants certes rôlistes, mais à mon avis un peu trop jeunes pour affronter un univers composé de Rowaans alcooliques et d’Elfes à poil. Et, très franchement, j’étais dans un état vaseux.

Je ne serai resté sur place que quelques petites heures, ce qui est toujours suffisant pour apprécier l’étendue de la convention, qui proposait toutes sortes d’animations ludiques, du classique jeu de plateau au grandeur-nature, en passant par les puzzles, le go et l’impro théâtrale, dans une foule de lieux différents.

Car oui, Ludesco, c’est bien. Et Alias malade, c’est beaucoup moins bien.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Oliver dit :

    Dommage de ne pas avoir pu durer plus longtemps, vu que malgré toi tu as été lauréat du tirage au sort et que ton prix (le jeu Concept) t’attend chez moi.
    Reste plus qu’à passer à Lausanne un de ces jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :