Lunatic Soul « Impressions » et Naïve « The End », mes albums de l’année 2011

Cet article est le numéro 6 d'une série de 10 intitulée Albums de l'année

Encore une année difficile pour la sélection de mon album de l’année à moi que j’ai, mais j’ai fini par choisir Impressions, de Lunatic Soul, comme album de l’année 2011. C’est un peu un prix « pour l’ensemble de son œuvre » attribué à Mariusz Duda et son orchestre, puisqu’on peut l’y adjoindre Memories in my Head de Riverside, également sorti cette année, ainsi que la prestation de ces derniers au Night of the Prog Festival.

La difficulté du choix a cette fois-ci été double: d’une part, 2011 a quand même été une année riche en nouveautés et découvertes très valables, tels le Communication Lost de Wolverine, Visions de Haken, One de TesseracT ou 3603 battements de Lazuli, pour n’en citer que quelques-uns. Sans parler de Nightwish et son Imaginaerum, déboulant en fin d’année avec la délicatesse habituelle d’un éléphant bourré à l’aquavit.

L’année 2011 a également été pour moi l’année où j’ai découvert le black et le death métal. OK, « découvert » est un bien grand mot, mais disons que j’en ai quand même écouté beaucoup, et pas du plus subtil: The Great Mass de Septicflesh, Aealo de Rotting Christ, New Beat in a Dead World de Sicitur Adastra, One for Sorrow de Insomnium, ou l’album éponyme de Heretoir, entre autres noms et titres.

Mais la deuxième difficulté est qu’objectivement, certains des meilleurs albums que j’ai écoutés en 2011 n’ont pas été produits en 2011, ce qui est la raison pour laquelle j’adjoins à Impressions l’excellent The End de Naïve, qui est sans doute l’album qui m’a le plus marqué cette année, malgré le fait qu’il date de 2009. Ce n’est pas le seul dans ce cas: je pourrais également citer le monumental Vîrstele Pămîntului de Negură Bunget, The Human Connection de Chaos Divine ou Bridges of Kukuriku de Quantum Fantay.

Une année faste également au niveau des concerts: je ne crois pas avoir jamais vu autant de groupes en une année, même au plus fort de ma période fanboy. Bon, il faut dire aussi qu’avec deux festivals majeurs (Trolls & Légendes et Night of the Prog), ça aide à remplir le carnet de bal.

Pour vous donner une idée, j’ai chroniqué plus de 130 albums cette année; j’ai dû en écouter au moins une fois et demie plus. Ça fait beaucoup; trop, même, peut-être. Faudra voir à diminuer les doses en 2012, parce que j’ai l’impression que je deviens un chouïa pénible avec le temps…

Naviguer dans cette série

Pendulum « Immersion », mon album de l’année 2010Breaking Orbit « The Time Traveller », mon album de l’année 2012

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :