Mad Puppet: King Laurin and his Rosegarden

Bon, j’ai beau avoir daubé par deux fois cette semaine sur Prograchives et ses chroniques moubourratives, il m’arrive tout de même de découvrir par ce biais quelques pépites fort sympathiques, comme le groupe italien Mad Puppet, actif entre 1982 et 2001. Je vais vous parler ici de l’album King Laurin and his Rosegarden, mais sachez que toute leur discographie est disponible gratuitement sur leur site (italo-allemand et un peu toupourri).

Le rock progressif de Mad Puppet s’apparente beaucoup à du néo-prog et, comme beaucoup de groupes de néo-prog des années 1980, il s’apparente également beaucoup à Genesis. En même temps, Genesis était le groupe qui, à l’époque, avait le mieux réussi à négocier le virage vers un pop-rock plus accessible que les compositions de vingt minutes écrites sous l’influence de produits bizarres.

King Laurin and his Rosegarden est le troisième album du groupe, paru en 1994, et on sent qu’il y a derrière une expérience et une maturité certaine. C’est un concept-album, une sorte de conte de fées (comme son nom l’indique) sur onze morceaux (entrecoupés de narrations) et un peu plus d’une heure.

Expérience et maturité, certes, mais c’est quand même du prog et le somptueux “The Rose of Memory” qui ouvre l’album s’étend sur vingt minutes. Le reste de l’album a un format plus traditionnel, entre trois et sept minutes (sauf l’instrumental final de trente secondes) et propose un néo-prog aux influences multiples (Genesis, Pink Floyd, Marillion), avec des pointes très pop (“The Heroes”).

Soyons honnête: ce n’est pas transcendant; même avec la meilleure volonté du monde, Mad Puppet aurait eu du mal à régater avec les “tronches” prog de l’époque, Marillion, Pendragon et iQ en tête. Mais King Laurin and his Rosegarden témoigne d’un réel savoir-faire.

C’est donc un album qui mérite qu’on y jette une oreille attentive – ce d’autant plus qu’on ne peut pas dire que ça coûte bien cher – si on est un amateur du néo-prog et que la perspective de découvrir des groupes obscurs vous amuse.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :