MAGIC 2016

MAGIC 2016

Cette année, petit changement de programme pour notre traditionnelle escapade cannoise: le samedi, nous avons délaissé le FIJ pour aller voir la convention MAGIC, à Monaco. MAGIC, c’est pour Monaco Anime Game International Conferences; cette édition 2016 était la deuxième de la formule.

En jetant un œil sur le programme, il y avait de quoi être alléché: Buichi Terazawa (auteur de Cobra), le créateur de jeux vidéos Yu Suzuki, les auteurs de comics Mark Millar, John Romita Jr, David Lloyd et l’auteur de BD Didier Tarquin, entre autres. Du lourd. Le tout à Monaco, dans un centre de conférences ultra-moderne.

Une fois sur place, l’expérience est, disons, plus contrastée. Certes, il y a de grandes salles de conférences confortables, des concours de cosplay avec des concurrents de haut niveau, une petite exposition de dessins originaux, des séances de dédicace et des conférences très intéressantes, mais une fois sorti de ça, c’est vide.

Pour comparer, en octobre passé, nous étions allé à Destination Tokyo. C’est à Sion, ville de 25 000 habitants les jours de grand vent, et c’est organisé par des amateurs, dans une école. Mais c’est blindé de stands: au moins une cinquantaine, de la boutique de goodies à l’auteur amateur, en passant par les associations régionales et les stands de bouffe.

MAGIC, c’est très exactement cinq stands, dont un seul vend des trucs à manger, et encore : des cookies. Certes, très bon, mais voilà.

C’est un peu comme si l’organisation avait totalement shunté cette partie. Si c’est un choix volontaire, ça ne m’apparaît pas comme très malin: ce genre d’activités est souvent un des centres d’intérêt majeurs dans un événement de ce genre et, sans cet aspect, on a un peu l’impression qu’on a le choix entre regarder les conférences et regarder les conférences.

Cela dit, je m’en voudrais de dire du mal desdites conférences. Celles auxquelles j’ai assisté – les entretiens avec Buichi Terezawa et Didier Tarquin, ainsi que la « masterclass » avec le réalisateur et scénariste Paul Haggis, étaient très intéressantes. Mais j’ai quand même eu l’impression d’avoir raté un truc.

Du coup, j’ai un peu du mal à recommander MAGIC comme une convention. C’est plus une série de conférences, de concours de cosplay et de séances de dédicaces avec deux-trois autres trucs autour. Si c’est ce pour quoi vous êtes venus, c’est cool; si vous attendez quelque chose de plus classique dans la forme, vous allez être déçus.

Ma galerie de photos est en ligne sur Flickr (edit du 1er mars). Note à moi-même: shooter des concours de cosplay en mode auto, c’est une Mauvaise Idée.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :