Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Manes: Be All End All

Manes: Be All End All

Il fut un temps où Manes était un groupe de black-metal norvégien; mais ça, c’était avant. Depuis quelques albums, le groupe se dirige vers des rivages bien plus improbables, comme le prouve ce Be All End All, dernier album en date du groupe, que l’on croyait pourtant défunt après Vilosophe, en 2003, et How the World Came to an End en 2007 (que j’ai manqué).

N’est pas mort qui à jamais dort et toutes ces sortes de choses.

Fondamenentalement, Manes fait désormais du rock qui rappelle une peu la darkwave/coldwave des années 1980-1990, à base d’électro, de pop, de trip-hop, de rock gothique – et même de quelques restes de métal, pour dire. Autant dire que les fans de la première heure ont dû être méchamment déçus. Et, personnellement, j’ai eu un peu de mal également.

Neuf titres pas particulièrement long pour un album totalisant moins de quarante minutes, on ne peut pas dire que Be All End All s’attarde trop, ce qui est une bonne chose si on pose un sentiment globalement dubitatif par rapport à l’ensemble.

Pourtant, l’album ne manque pas d’intérêt, ne serait-ce que par son côté hommage et par ses ambiances; ce n’est pas du black-metal, mais ce n’est pas très sain pour autant. Entre les paroles eschatologiques et les extraits d’entretiens autour de la question du suicide, ce n’est pas un album qui respire la joie de vivre.

Difficile donc de catégoriser clairement cet album: Manes a été un groupe de black-metal, ce n’est clairement plus le cas et son style s’oriente plus vers une variante glauque du trip-hop influencée par la darkwave. Be All End All est donc à réserver aux auditeurs avertis, ceux qui savent que la damnation n’a pas besoin de grosses guitares saturées et de double grosse caisse.

Le plus simple est d’aller écouter l’album sur Bandcamp; preuve supplémentaire que Manes a été un groupe de black-metal: le téléchargement est à €6.66.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :