Memories of Old: The Zeramin Game

Je devrais apprendre à me méfier des chroniques d’Angry Metal Guy. Pas que ce premier album de Memories of Old, The Zeramin Game, soit mauvais, mais quand on me promet du power-metal, je ne m’attends pas à un truc qui part en mode full licorne.

Memories of Old est une formation britannique qui fait du power-metal symphonique. Pardon: du Power-Metal Symphonique. Le modèle avec une tonne d’emphase et à peu près autant de claviers. Des fois, ça donne des trucs très cools, mais pas toujours.

En fait, « une tonne » est assez le maître-mot de cet album, qui totalise une heure et quart pour douze pistes. Compte-tenu du fait que, dans le lot, il y a deux « virgules » de moins d’une minute, les autres pistes ont souvent tendance à atteindre, voire dépasser les six minutes, avec un morceau-titre de quatorze minutes.

Quand je dis que Memories of Old est en mode full licorne, c’est que cet album contient tellement de synthés qu’on ne doit pas être loin de la LD50. Il y a des passages (l’intro de « Zera’s Shadow », par exemple) qui me rappellent brutalement les génériques de séries japonaises des années huitante. Ça fait bizarre.

Cela dit, je ne serais pas étonné si ça faisait partie du concept de l’album. Un côté too much à la Beast in Black appliqué au power-metal épique. Histoire de rajouter du superlatif au superlatif. Et bien sûr, derrière The Zeramin Game, il y a un concept de fantasy, des pirates, une prophétie; la base. Il y a aussi un vieux qui raconte des choses. C’est toujours mystérieux, un vieux.

Alors oui, je médis un peu, mais c’est pour faire genre. Vous me connaissez: je ne parle en général que des choses que j’aime bien et, fondamentalement, j’aime bien cet album. Même si les recettes sont éculées (sans haine), il faut reconnaître que c’est efficace.

Pour un premier album, Memories of Old affiche un métier et une maîtrise impressionnantes. En même temps, c’est le guitariste de Sabaton, Tommy Johansson, qui tient le crachoir, ce qui explique sans doute beaucoup de choses (même si, perso, je connais peu Sabaton).

The Zeramin Game, c’est un peu le power-metal taillé dans la masse de fromage, mais si on n’est pas allergique à l’avalanche de claviers, c’est aussi un excellent album, épique et enthousiasmant. Il est disponible sur Bandcamp.

Bonus: la lyric-video de « Zera’s Shadow »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :