Mindless Self Indulgence: How I Learned to Stop Giving a Shit and Love Mindless Self Indulgence

Faut dire ce qui est: il n’y a que Mindless Self Indulgence pour intituler un album How I Learned to Stop Giving a Shit and Love Mindless Self Indulgence! On est assez dans le “comme son nom l’indique” pour ce groupe punko-whatever américain, spécialiste des provocations total con-délire.

Punko-whatever, comme dans “punk-rock-métal-électro avec des influences hip-hop”, provocations comme dans “je place au moins un gros mot par phrase, y compris le titre” et total con-délire pour le côté jouissif et l’énergie débordante de la bande. C’est un peu nawak, mais avec un enthousiasme débridé.

Donc, on a la bagatelle de treize morceaux (seize sur la version “deluxe” que j’ai, qui pointe à quarante-quatre minutes au total), qui vont du “Witness” métal aux relents indus au “Last Gay Song” et son solo de jeu vidéo (je ne plaisante pas; on retrouve également des éléments bit-pop sur “Casio”), en passant par du hip-hop-pour-rire de “Kill You All in a Hip-Hop Rage” ou du conte pour enfants débiles “Ass Backwards”.

On remarquera au passage qu’hormis le titre de l’album, ceux des morceaux tiennent également de la profession de foi, comme “Hey Tomorrow Fuck You and Your Friend Yesterday” ou “I Am Not Here to Make Any Friends”, sans parler des forts délicats “It Gets Worse” ou “Fuck Machine”.

On rigole, on rigole, mais, au final, la question se pose: est-ce un bon album? Disons les choses ainsi: je le trouve fort distrayant sur le moment, mais, à la réflexion, je ne peux pas mêmpêcher de trouver qu’il lui manque un truc pour être vraiment bien. Je ne sais pas comment l’exprimer mieux, mais il me paraît un peu facile.

Cela dit, si la perspective de vous retrouver avec une bande de punks rigolards dans les cages à miel ne vous rebute pas, l’album est disponible sur aïeThunes et il dépote pas mal, pour son jeune âge. Et, en bonus, “It Gets Worse”:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Un lecteur dit :

    Clairement pas leur meilleur album.
    Un lecteur Articles récents…Assez, assez.My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :