Mushroom Sword: The Watchmaker’s Complex

Il y a comme ça des albums qui vous prennent par devant, par derrière, par surprise, on retourne et on recommence. The Watchmaker’s Complex, premier album de l’improbable combo groenlandais Mushroom Sword, va dynamiter la scène progressive de ce début 2014, c’est moi qui vous le dit!

Empruntant à la fois à l’esprit de la scène Canterbury, aux mânes de Pink Floyd, mais aussi au space-rock et au métal progressif, le tout peaufiné dans un studio finlandais par Steven Wilson lui-même, The Watchmaker’s Complex est un de ces concept-albums qui fera date, croisement sauvage entre The Wall et Metropolis part 2. Ouais, rien que.

Histoire de poser les choses, l’album commence par un premier epic de vingt-quatre minutes, excusez du peu! “The Spheroid of Time” est une sorte de voyage dans le temps et l’espace, où le space-rock le plus azimuté, façon Ozric Tentacles avec encore plus de drogues, le dispute à des plages folk-rock. Ne ratez pas le troisième mouvement, intitulé “Interstellar Metaphysics”, qui comporte les parties de clavier les plus cinglées que j’ai entendu depuis un moment.

“Introspection” est le morceau du milieu et commence par une très longue performance vocale, dont l’inspiration évidente est “The Great Gig in the Sky” de Pink Floyd, mais en plus minimaliste, dégageant une émotion rare. Il se conclut par un instrumental vintage incluant un duel sauvage de thérémine et de mellotron.

On n’est pas sitôt redescendu de ce nirvana musical que “The Great Arch of Fate”, second epic de l’album, s’engage dans un long chemin, une véritable progression musicale telle que je n’en avais pas entendue depuis “Human Nature”, de iQ (c’était il y a 25 ans). Le final est une apothéose où se mêlent une fois encore un space-rock en roue libre et des guitares en folie.

Retenez bien ce nom: Mushroom Sword. Vous l’avez lu ici en premier et j’espère que vous saurez vous en souvenir quand ce groupe passera dans un stade près de chez vous!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Manu dit :

    Ah ben, bravo !

  2. ARAPAO dit :

    salut, je ne trouve cet album nul part !
    pouvez vous m’aider !?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :