Naïve: The End

Appeler son premier album The End, il faut le faire et les Toulousains de Naïve l’ont fait. Ils ont fait bien plus que ça et cet album est un des plus enthousiasmants et originaux que j’ai pu écouter depuis un bon moment – grâce aux bons offices de Progressive Area, qui a visiblement le chic pour dénicher des bidules improbables comme je les aime.

Imaginez un mélange entre du métal progressif à la Tool, du post-métal à la Isis, avec des influences trip-hop, électro et orientales. Oui, il faut avoir une bonne dose d’imagination et le trio qui compose Naïve n’en manque pas, ni d’ailleurs de talent. On passez assez facilement des ambiances contemplatives et atmosphériques à des parties beaucoup plus sombres et plus brutales. Témoin “Underwater”, qui aligne les extrêmes en un seul morceau – certes, de huit minutes, mais c’est un peu la moyenne pour cet album.

De l’intro très métal de “To Lose And To Die For” à l’atmosphérique et planant “The End”, en passant par “The Crying Community”, métal prog hanté par des claviers aériens, les ambiances orientales et la voix féminine de “The Shroud”, ou le décapsulant “Your Own Princess”, il n’y a rien à jeter sur The End et très peu qui mérite un demi-fronçage de sourcil. Les musiciens sont à peu près irréprochables et la production solide.

Festival de puissance et d’ambiance, The End est un joyau que je vous encourage à découvrir et partager. Comme en plus il est téléchargeable sur Bandcamp dans une invraisemblable variété de formats pour la modique somme de 7 euros, et ce sans passer (comme j’en ai fait l’erreur) par un site qui rime avec “file-moi ta thune”. Vous ne le regretterez pas!

Et si vous le regrettez, éviter de me le mentionner: vous me décevriez.

Cadeau-bonus: le site officiel du groupe, qui a plusieurs défauts – dont celui d’être en Flash et pas souvent mis à jour –, est cependant très joli. Conceptuel, mais joli.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François 6PO dit :

    Je suis en train d’écouter cet album. C’est effectivement agréable.
    Par moment ça me rappelle un peu The Cure aussi.

    • Alias dit :

      Ça doit être les bouts post-métal/post-rock, comme “Your Own Princess” ou le plus électro “Everything Dies”, je suppose.

      Ça confirme ma théorie d’une filiation entre ce genre et la new wave et la dark wave des années 1980. 🙂

  2. Priam dit :

    Tout est dit….
    Non, non !!! Rien à dire…
    :-))

    Merci pour la mention P.A !
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :