Navene K/Animals as Leaders/TesseracT à Genève

Premier des Concerts Que J’Attendais Depuis Des Années de la semaine, la sortie d’hier soir m’emmène en terres connues, à savoir L’Usine de Genève où se déroule le concert de TesseracT, accompagnés par Animals As Leaders et Navene K. Rappel: TesseracT, c’est mon album de l’année 2013 avec Altered State; Animals As Leaders, c’est pas mal non plus dans le genre virtuoses déjantés et Navene K, c’est… ah ben ça, je ne sais pas ce que c’est. Tout arrive.

Ça tombe bien, c’est eux qui commence. Et, par « eux », j’entends « lui »: un zigue tout seul derrière sa batterie, et qui joue aussi de la guitare pendant que sa batterie joue tout seul. Et réciproquement. Dit comme ça, ça a l’air compliqué, mais en fait, ça ressemble à une série de solos de batterie pendant une demie-heure. Dit comme ça (bis), ça a l’air chiant, mais ça passe pas mal: le gars est doué, a de l’énergie à revendre et ça chauffe bien la salle. Je soupçonne que la courte durée y est beaucoup.

La preuve par Animals As Leaders. Eux aussi ce sont des bons – mais en même temps, sur cette affiche, les seuls manches sur scène sont ceux des guitares. Seulement – pour en revenir à Animals As Leaders – leur métal progressif très déconstruit ressemble un peu beaucoup à de la démonstration, à mi-chemin entre le sport de vitesse et la gymnastique acrobatique. Près d’une heure de ce genre de pratiques, ça rend sourd ça agace.

Surtout, ça manque furieusement d’âme: le show est très statique, le duo de guitaristes bouge moins que leur batteur – ok, lui est complètement fou, mais n’empêche. Peut-être le fait que la musique soit instrumentale fait qu’il y a peu de communion avec un public pourtant acquis à leur cause. Et puis, pour l’avoir vu de très près, le “toucher” de Tosin Abasi est vraiment impressionnant. Seulement, ça ne se traduit pas dans les compos.

Tout cela va changer lorsqu’arrive TesseracT. D’abord, il y a une vive lumière et Daniel Tompkins qui lance « I… » – l’ouverture de l’album Altered State et…

Je ne me souviens plus du reste. Je crois que je me suis retrouvé dans la stratosphère. Je crois avoir vu Genève depuis l’espace.

Et puis la salle a crié “Wake Me Up!” Et je me suis réveillé. Chez moi.

En fait non, pas tout à fait. Hélas. Si TesseracT avait joué l’intégrale de Altered State, j’aurais probablement eu un proggasme d’une heure et je me serais retrouvé dans l’état décrit ci-dessus. J’y ai cru pendant un petit quart d’heure, lorsque le groupe a enchaîné les trois morceaux de “Of Matter”. Magique: la température qui baisse, l’air qui se raréfie et se purifie.

Mais ils ont décidé d’intercaler, entre quelques autres morceaux du dernier album, des compositions plus anciennes. Et là, c’est un peu le drame: si le TesseracT des anciens temps portait indubitablement en lui les germes de son incarnation actuelle, c’était dans le désordre. Résultat: des morceaux très décousus, parfois brillants, parfois juste bordéliques. Qui plus est, le concert a été court: à croire qu’Animals As Leaders et TesseracT se partagent la tête d’affiche, car les deux groupes ont joué pendant sensiblement la même durée.

Cela dit, malgré cette frustration personnelle, la prestation a été impressionnante de dynamisme et de technicité; qui l’eût cru: ça sait aussi tabasser sec, TesseracT. En plus, j’avais craint que le groupe soit moins connu que leurs prédécesseurs, mais le public a répondu “présent” également et il y avait même de vrais fans dans l’assistance pour chanter les morceaux et même frapper dans les mains sans même que les musiciens ne le demandent.

La soirée fut globalement bonne, même si elle a connu ses hauts et ses bas. Positionné dans un coin de la scène, je pense avoir aussi pu prendre quelques belles photos. Le temps de trier tout ça et je les placerai sur Flickr, comme d’habitude. Mise à jour: c’est fait, la galerie est ici.

Vendredi, Naïve; dans l’intervalle, il va falloir que je récupère un peu…

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :