Ne pas avoir peur de la politique

Le point de départ de cet article, c’est l’interview de Peter Sunde sur Wired, repris par Ars Technica, intitulé You can’t beat politics with technology, mais je pourrais également citer un article à la tonalité pessimiste de Reflets sur la surveillance qui souligne à peu près les mêmes points: le danger de laisser la politique aux politiciens.

J’aime bien Peter Sunde, non seulement parce qu’il est co-fondateur de Flattr. Le cœur de son propos, c’est que la plupart des électeurs ont abandonné le champ de la politique. Il prend comme exemple les élections au Parlement européen, que tout le monde semble vouloir ignorer alors que la politique européenne a un impact sur tous les Européens (duh!).

Son autre thèse c’est qu’il existe, chez les geeks politisés (genre hacktivistes ou Parti pirate), une tendance à penser que la technologie va résoudre tous les problèmes de la politique et donc ne s’intéresser qu’à cela. Sauf que non; si c’était le cas, ça se saurait.

Il taille au passage un costard à certains de ces hacktivistes qui se comportent un peu comme des Gardiens du Temple et, de fait, cantonnent certaines technologies dans un bastion élitiste. Si je voulais résumer son point de vue, je dirais qu’une technologie qui ne profite pas au plus grand-monde n’a aucun impact politique.

Je ne peux qu’adhérer à ce point de vue. Des technologies comme le chiffrage, les proxys et autres TOR sont belles et bien, mais j’ai pu constater à leur contact que, pour la plupart, elles nécessitent un investissement que la plupart des utilisateurs ne sont pas prêts à faire.

Mais revenons à la politique (encore qu’on portait trouver des points communs). Le problème est effectivement que les citoyens lambda semblent avoir massivement abandonné le champ politique aux élus “professionnels” – lesquels ne s’en portent pas plus mal. Ce n’est pas un hasard si l’expression “politique politicienne” est devenue, depuis quelques années, très (trop) fréquente et un euphémisme pour “magouille”.

La conséquence de cette désaffection est que les élites ont tendance à se reproduire entre elles; la consanguinité n’est pas une bonne idée et, dans le cas présent, c’est une tendance qui va en s’amplifiant. Moins les électeurs s’y intéressent, moins il est facile pour eux de s’y intéresser.

Pour ma part, ça fait un moment que l’idée de rejoindre un parti et de militer un peu, ne serait-ce que localement et ne serait-ce que pour en faire l’expérience, me titille depuis un moment. Ce constat que le système privilégie ceux qui en font la carrière et, en plus, le fait qu’aucun parti n’a de programme qui me satisfasse réellement – plus une bonne dose de flemme et un soupçon de découragement dû à l’âge – contribue à ce que je reste un activiste de salon. Je soupçonne que je ne suis pas seul dans ce cas.

Pour en revenir à un des constats de Peter Sunde, je pense qu’il faut que les apprentis-activistes de la nouvelle génération arrêtent de considérer la technologie comme l’Arme Absolue pour arriver à imposer leurs idées.

La politique a beaucoup de points communs avec la prostitution, notamment en ce que c’est un des plus vieux métiers du monde et un qui implique encore un vrai contact humain. Et, comme la prostitution, ce n’est pas sale en soi, sauf quand c’est utilisé et abusé par des personnes qui n’ont que l’argent et le pouvoir en tête.

Si je voulais continuer dans la métaphore scabreuse, je dirais qu’il est temps pour les électeurs de reprendre les choses en main (mais vous me connaissez: ce n’est pas mon style): utiliser la technologie pour court-circuiter les lourdeurs des appareils de parti, mais ne pas négliger le contact direct, la transparence et savoir mitiger les idéaux et la réalité du terrain.

(Conseil national suisse. Photo John Doe via Wikimedia sous licence Creative Commons partage dans les mêmes conditions CC-NC-SA.)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Christophe dit :

    À la lecture de cet article, je ne peux que t’encourager à écouter ce que raconte Étienne Chouard sur la démocratie .

    Une vidéo très courte, fait inhabituel avec M. Chouard : http://www.youtube.com/watch?v=3gUZ5cwqzZk

  2. Roboduck dit :

    Je suis d’accord. Mais à cela il faudrait encore ajouter une discussion sur les limites de la démocratie représentative, en tout cas telle qu’elle se pratique sous nos latitudes. Pour reprendre la pensée de gens comme Bookchin ou Castoriadis (pour n’en prendre que deux), il faudrait 1) opérer à des niveaux plus petits pour obtenir une vraie démocratie participative et 2) modifier le processus de sélection des représentants. Sur ce dernier point, deux modèles sont intéressants: l’élection, telle qu’on la connaît actuellement, mais avec une clause de révocabilité invocable en tout temps (ce fut utilisé, entre autre, pendant la Commune), ou système de choix au hasard (comme pour un jury).

    Dans un cas comme dans l’autre, cela supprime la professionalisation de la politique et, à l’inverse, permet de politiser le plus grand nombre, puisque chacun peut se trouver impliqué.
    Roboduck Articles récents…Les aventures rocambolesques de Sigmund FreudMy Profile

    • Alias dit :

      C’est en effet une approche très intéressante, mais je pense qu’on pourrait déjà arriver à des résultats satisfaisants en appliquant une règle stricte de non-cumul et de non-renouvellement des mandats.

  3. Fabien Lyraud dit :

    A travers des mouvements comme les Colibri ou les Indignés et d’autres encore, il existe des groupes de citoyens qui militent en dehors des partis. Il existe aussi des citoyens qui comprennent que tous les projets ne doivent pas être porté par les élus mais que des citoyens peuvent porter des projets d’intérêt général et y faire adhérer les élus.Il y a aussi des citoyens qui se prennent en main comme à Détroit et qui crée de l’activité économique sans attendre de grands projets venus des élus.
    Je pense que comme disait Lionel Jospin, “l’état ne peut pas tout” et que tous le monde citoyens ou grandes organisation doit se retrousser les manches.

  4. François dit :

    En ce moment, oui, avec le contexte économique dans lequel nous nous trouvons, il est fort probable qu’une nouvelle émergence doit sortir, quelque chose de nouveau, pas de préconçus ni surtout pas de trop archaïque…quelque chose où les gens se retrouvent…
    François Articles récents…Voir des équipements de moto-cross sur le site web d’absolutwear.My Profile

  5. François dit :

    C’est difficile de ne pas en avoir car le politique dirige la société. Et en ces temps de crise, j’ai l’impression que nos politiques passent leur temps à faire leurs gue-gue-rres internes plutot que de soucier de nous 🙁
    François Articles récents…Le site internet absolutwear.com vous permettra de trouver des vêtements de moto.My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :