« One Minute », de Thierry Crouzet

"One Minute", de Thierry Crouzet

Il est 15 h 45 à Washington, 21 h 45 à Paris, 12 h 45 à Mountain View, 5 h 45 au Japon. One Minute, le feuilleton numérique de Thierry Crouzet, c’est l’histoire de cette minute précise. Celle où la vidéoblogueuse Sara Cash a annoncé que les radio-télescopes de la planète avaient capté un message extra-terrestre. Juste avant qu’une panne électrique ne plonge la planète dans le noir complet.

Ne croyez pas qu’en vous racontant ça, je vous spolie l’histoire: le génie de One Minute, c’est de raconter toujours la même minute, de points de vues multiples et différents. Parfois simples témoins, souvent acteurs directs ou indirects de l’intrigue principale, les personnages racontent ce qu’ils pensent être les tenants et les aboutissants des évènements.

Le mot-clé est « ce qu’ils pensent ». Car l’auteur s’amuse visiblement à multiplier les pistes, sans jamais décider clairement ce qui est vrai ou non. Certains sont persuadés de l’hypothèse extra-terrestre, d’autres y voient l’émergence d’une intelligence supra-humaine, mais que penser de ces « analystes », de ces humains aux compétences mentales sur-développées?

Chacun des épisodes de One Minute fait quelques pages, mais il y en a plus de 220, à l’heure où j’écris ce billet. Thierry Crouzet les publie à raison d’un par jour, sur son blog et sur Wattpad, mais aussi en livre électronique. À mon avis, c’est un des exemples les plus convaincants d’une expérience littéraire différente par l’usage de ces nouvelles plateformes.

Hormis cette nouvelle forme de média, la forme est plutôt agréable, sans être révolutionnaire non plus. On a tout de même droit au point de vue d’un écureuil, ce qui n’est pas banal. On retrouve aussi, à travers les histoires des différents protagonistes – à chaque fois différents, c’est logique – la vision d’un futur proche inquiétant, avec sa surveillance ubiquitaire (et inefficace) et des nuées de drones dans les cieux.

Difficile de savoir comment (et quand, même si je suppose 365 épisodes) One Minute va se terminer, mais il serait dommage de rater cette expérience intéressante de feuilleton de science-fiction, qui allie une structure hors norme et une intrigue plus qu’intéressante – même si, dans mon coin, je râle un peu sur le fait que ça touche par la bande certains des thèmes auxquels je pense pour « Progressions » (contact extra-terrestre et pouvoirs psychiques).

C’est ça, les auteurs maudits: toujours à râler sur les gens plus doués que soi.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. tcouzet dit :

    Merci pour le billet… ta lecture m’a donné l’idée d’un article… sur ce que tu vois, ce que moi je veux mettre dans cette histoire… et qui nécessairement diffère toujours…
    tcouzet Articles récents…Kyoto, Japon, 4:45My Profile

    • Alias dit :

      Hello et bienvenue sur ce blog!

      Oui, j’imagine que c’est intéressant de voir ce que les gens lisent dans ses propres textes, ce à quoi on n’a pas pensé. En même temps, dans une histoire « à secrets », comme One Minute, c’est à peu près inévitable: tout le monde se fait sa petite théorie.

  2. Roboduck dit :

    J’ai commencé à lire et c’est très sympa! Merci pour le tuyau.
    Roboduck Articles récents…Microscope, deuxième essaiMy Profile

  1. 30/08/2015

    […] les jours la même minute où le monde entier apprend l’existence des extra-terrestres. Et Alias en parle mieux que moi, alors je vais le laisser […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :