Opeth: In Cauda Venenum

Parmi les grands noms du rock progressif moderne, il y a Opeth. La sortie d’un nouvel album de ce groupe suédois, comme ce In Cauda Venenum, est toujours un événement. Sauf quand a du mal à comprendre l’engouement qui l’entoure.

Opeth est une formation qui tourne depuis près de trente ans. Son style a longtemps été proche du death-metal, mais, depuis maintenant trois-quatre albums, il s’apparente plus à du rock progressif vintage revisité.

In Cauda Venenum n’est pas un petit format: dix pistes, plus d’une heure et des morceaux qui tournent entre six et huit minutes. Pas de gros epic, cependant. À noter que le digipack que j’ai acheté s’accompagne d’un CD qui reprend l’album, mais en suédois.

J’avoue que ce dernier point symbolise à lui seul mon attitude face à Opeth en général et à cet album en particulier. En un mot: « Pourquoi? »

Entendons-nous bien: In Cauda Venenum n’est pas un album désagréable à écouter. Il y a même de très chouettes passages dans ce genre très seventies, entre hard-rock et rock progressif, mais modernisé.

Seulement, j’ai l’impression que le groupe n’a plus grand-chose d’original à dire sur le sujet. C’est déjà leur troisième ou quatrième qui s’aventure dans cette direction et c’est un peu du more of the same.

Lors d’une précédente chronique, je disais que j’avais du mal avec Opeth, quand il faisait du death-prog technique et que, maintenant qu’ils font dans le rétro-prog, j’ai toujours du mal, mais différemment.

Pour être très honnête, j’ai du mal avec le rétro-prog en tant que style. Je peux comprendre l’idée derrière et je ne suis pas contre une ou deux expérimentations dans cette direction. Mais, quand ça commence à ressembler à un filon, j’ai ma fibre anti-nostalgique qui me lance.

Alors voilà: In Cauda Venenum n’est pas un mauvais album. Il se laisse écouter et a de jolis moments, mais il ne m’enthousiasme pas. Je le trouve convenu et c’est dommage. Il peut néanmoins faire le bonheur des amateurs de sonorités surannées.

Bonus: la vidéo de “Svekets Prins”

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Opeth: In Cauda Venenum”

      • Oui enfin… c’est plus parce que j’ai décidé que les gros groupes, s’ils veulent que l’on parlent d’eux, ils n’ont qu’à faire l’effort de nous envoyer des promotions comme les autres. Y a pas de raison qu’on leur fasse de la pub alors que les autres se cassent le derrière pour exister, tant pis si nous devenons très underground. Ce n’est même pas pour recevoir la musique gratos car de toute façon j’achète toujours leurs albums, c’est juste une question d’équité.

        Répondre
  1. Salut. Je ne commente pas régulièrement tes articles. Je dois dire qu’ici, je suis aussi de ton avis. Mais je dois rajouter qu’à la troisière voire quatrième écoute, on se dit que le chemin parcouru depuis Heritage (leur album de transition, le plus faible à mon avis) est énorme.

    Ce n’est pas non plus l’album du siècle, mais je l’écoute sans m’en lasser, surtout quand j’ai envie d’écrire 🙂

    Répondre
    • Welcome back!

      On n’écoute pas forcément les mêmes trucs, non plus. Je dois avouer que j’ai arrêté de suivre ton blog à cause du rapport signal/bruit franchement détestable autour des articles sur le libre. Tes découvertes musicales me manquent un peu; je vais peut-être voir pour ne m’abonner qu’à tes chroniques musicales.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :