OpLupanar, épisode 3: Le président est mort

Cet épisode commence par une arrivée, mi-juin 2298: Etty, une humaine au lointain passé militaire, plus connue sous le nom de Lady Pervertum de l’Ordre de Sainte Marie-Madeleine des Talons-Aiguilles et cinquième actionnaire, débarque de Paris via Fantir au Domaine des trois sources après un très long voyage.

Elle a la désagréable surprise de voir débouler deux individus embarquant un tapis, alors que d’autres individus se battent dans le fond. Très à cheval sur la valeur de ses actions, la sœur agit pour empêcher le vol du tapis et profite de ce qu’Horácio plaque les porteurs pour les soumettre à sa façon. Du tapis déroulé s’échappe Sanar, inconscient.

Après la mise hors service des fâcheux, il apparaît qu’il s’agit d’une équipe de militaires highlanders qui avaient reconnu dans Sanar un traître à la Mère Patrie et avaient entrepris de l’embarquer manu militari. Etty est par la suite intronisée parmi les actionnaires du Domaine et y prend un bungalow; elle y découvre une consœur (blague eyldarin) en Veynir et assez rapidement, les deux femmes commencent à parler chiffons (enfin, cuir, vinyle, cordes…) tout en jetant des regards appuyés en direction de Spiral et de Horácio.

Fiametta: “Prépare ta nébuleuse, ma comète arrive!”

Néanmoins, il faut songer à faire tourner le domaine: après les modifications apportées par Monsieur Martin aux structures de l’intendance de l’habitat, ça grogne ferme parmi les producteurs, qui sont assez prompts à pointer du doigt les Terriens et leurs idées nouvelles. Fiametta et Spiral lancent une opération séduction (et payent de leur personne) pour panser les âmes meurtries et finissent par monter avec certains habitants un système d’approvisionnement parallèle.

Ça tombe bien, car un mois plus tard s’annonce le Festival des Nouvelles Comètes: un événement majeur dans la vie du système stellaire, qui a lieu tous les dix-quinze ans, et qui combine les promotions universitaires, les réunions des clans stellaires nomades et le lancement de nouveaux vaisseaux – dans le cas présent, de nouveaux patrouilleurs de classe Dargan. Etty en a entendu parler lors de son voyage: le système attend des représentants de toute la Sphère.

Le domaine, lui, attend un afflux de visiteurs et pas mal de réunions: le clan Wergarion, des chantiers stellaires, réserve déjà le premier jour pour une réception avec ses principaux clients potentiels et une option pour un jour suivant, alors que certains ex-étudiants vont sans doute venir lors du troisième et, le quatrième jour (14 juillet), un petit groupe de Terriens veulent organiser un “bal champêtre”. Un truc traditionnel, paraît-il.

Il fait donc également organiser une poutze majeure du domaine: Urion et Horácio se chargent de retaper ce qui doit l’être, en particulier les derniers bungalows un peu en vrac, pour qu’ils deviennent habitables; Fiametta profite d’un nettoyage des allées et massifs floraux pour exposer ses propres créations en sculpture botanique; Spiral continue à entretenir les relations (entre autres) avec les autres habitants du domaine et Etty aide occasionnellement, étant plus occupée à prendre ses marques. Sans jeu de mots.

Spiral: “Je ne suis pas à poil: j’ai mes rangeos et mon trench blanc…”

C’est donc la foule des grands soirs qui se presse au domaine; les pensionnaires ont le plus grand mal à délimiter un périmètre pour que la réception du clan Wergarion se déroule avec un minimum de pique-assiettes. On y trouve des délégations américaines et singaporiennes, plus divers clans de la Bannière du Cygne et des Principautés-unies. Au cours de la réception, Urion remarque un des membres de la délégation du clan Iliarsin, un Atalen à l’air falot qui semble ne pas s’amuser comme les autres.

Le lendemain, au cours de la journée, les écrans holographiques installés pour l’occasion et qui diffusent des images des cérémonies officielles et des informations, affichent la photo de Valen, avec un autre nom en-dessous: Leyran Vareyjin, dernier président de la Fédération des États de la Frontière et traître à la patrie, qui s’est enfui avec les fonds stratégiques peu de temps avant la destruction de Presidium en 2245, a été officiellement déclaré mort.

La nouvelle surprend les personnages et la plupart des pensionnaires; seuls Oliandil et Watr ne sont pas étonnés. Oliandil a été son élève à l’école des telandili et Watr était chargé de le tuer, mais a fini par l’accompagner dans sa fuite (Leyran l’a recueilli et soigné alors qu’il était mortellement blessé). Du coup, les personnages commencent à cogiter sur la question du “trésor”; Urion récupère les parsivrin (les cristaux-mémoires servant de portefeuille électronique et contenant, entre autres, les parts du domaine) et commence à rechercher des fichiers cachés.

Le soir, les étudiants commencent à affluer dans le domaine. Spiral en profite pour se lancer dans un one-man-band endiablé, sous l’œil (et l’oreille) moyennement intéressé de la foule. Par contre, le regard exercé de Urion repère assez rapidement que deux camps commencent à se faire face: des navigatrices Eylwyn de clans nomades et un Atalen format “fils à papa” et sa cour de sycophantes – rejoints par Horácio. Alors que le ton monte et que la chicorne menace, le fouet d’Etty claque entre les deux groupes et tout le monde se calme d’un coup.

Plus tard dans la nuit – ou plus tôt le matin, c’est selon – alors que Fiametta et Spiral roupillent appuyés l’une sur l’autre, Urion, Horácio et Etty remarquent que, parmi les corps allongés (et, souvent, dénudés) qui jonchent le domaine, un certain nombre, costumés de noir et armés de katanas, commencent à se relever tels les morts-vivants moyens et s’avancent vers le pavillon de Rena.

Alors que le chef des costumés lance le cri de guerre à base de “Banzaï!”, les personnages interviennent: Etty ouvre le feu de ses deux colts (avec des balles en caoutchouc; on n’est pas des sauvages), Urion attaque aux tournevis jumelés, alors que Horatio entreprend de remonter les agresseurs. Le premier qui ouvre la porte se prend en grand coup de neutralisateur entre les deux oreilles, puis Rena sort, fusil à pompe dans une main et neutralisateur dans l’autre.

L’attaque tourne court; Horatio est touché par un coup de katana sans gravité et se débarasse de son vis-à-vis, pendant qu’Etty et Urion nettoie le reste; un seul yakuza parvient à s’enfuir, mais il ne va pas loin avant d’être séché par un pot de fleur lancé de main de maître par Watr. Un bref interrogatoire des agresseurs par une Rena très agacée conclut que l’attaque est le fait d’une de ses (très) anciennes rivales, Sakura Tetsuda, maintenant très âgée. La milice embarque tout ce petit monde.

Urion a fini par dénicher un fichier vidéo caché dans les parsivrin; il le décode et le montre aux pensionnaires et aux autres actionnaires. La vidéo est de Valen – enfin, Leyran – et datée d’il y a trente ans: “Si vous voyez ceci, c’est que vous êtes mes héritiers. Si j’ai fait ce que j’ai fait, c’est pour mettre les fonds stratégiques de la Frontière à l’abri de la rapacité de certains membres du Conseil de la Frontière (il énumère des noms), coupables de trahison et de corruption. Les clés pour les retrouver, ainsi que les preuves de ce que j’avance, sont là où tout à commencé et auprès de mon seul amour.”

Le soir, le clan Wergarion revient avec des clients potentiels; signature de contrats et moult libations au programme. Urion recherche l’Atalen falot et ne le voit qu’au moment où les délégations repartent, discutant avec une certaine Lysan Ervindil, officiellement “attachée commerciale de second rang” auprès du clan Iliarsin, mais ayant visiblement l’oreille du patriarche.

La journée du 14 se déroule, d’une part, en réapprovisionnement du domaine, dont les réserves alimentaires et alcoolisées sont en forte baisse et, d’autre part, dans l’aménagement du “bal champêtre” pour la communauté francophone. Spiral donne un coup de main pour l’installation de la sono, avant de fuir lorsqu’arrive l’accordéoniste et sa perruque tricolore. Le bal en lui-même implique des gens déguisés en pompiers, de la danse, de l’alcool et une bagarre générale (chorégraphiée); la milice regarde ça de loin en mangeant du pop-corn (à l’orange et au piment), puis intervient au signal donné.

L’atmosphère de liesse est salement compromise lorsque Geryn hurle: elle vient d’ouvrir la porte du bungalow/salon de thé de Rena et d’y découvrir trois corps décapités, dont celui de Rena. Du coup, c’est la grosse panique dans le domaine: les miliciens débarquent et blêmissent (les morts violentes, c’est pas trop leur truc), Fiametta évacue Geryn, en pleine crise de nerfs; Oliandil est prévenue et s’effondre pareil; Sanar est réquisitionné pour appliquer ses mains magiques et faciliter un sommeil que l’on espère sans rêve.

Urion et Fiametta explore les lieux du crime et concluent que Rena et les deux autres morts – des membres de la délégation singaporienne – ont été tués par un gaz avant d’être égorgés. Ils constatent également que le parsivrin de Rena a disparu. Des miliciens un peu plus solides arrivent de Terfalindar au bout d’un moment et évacuent les corps.

Autant dire que tout le domaine est sous le choc; on est le matin du 15 juillet, dernier jour du festival, mais plus personne n’a la tête à ça. Deux enquêtrices arrivent dans la matinée pour interroger tout le monde: une milicienne de Terfalindar, qui semblent prendre l’enquête par-dessus la jambe, et Li Soong, de la délégation singaporienne, qui prend des kilomètres de notes à 300 mots par minute.

Les personnages s’interrogent longuement sur la suite à donner aux événements, puis, l’heure pressant – la cérémonie de clôture et, donc, le départ des délégations, est pour ce soir – ils décident de contacter le clan Iliarsin par l’entremise du clan Wergarion en faisant jouer la réputation du domaine. Ils arrivent à parler à Lysan, qui a les traits tirés: elle avoue que c’est de sa faute si Rena est morte, mais qu’elle ne voulait obtenir que le parsivrin, jamais faire un massacre. L’assassin est Amren Kirdan et il lui a déjà tué six personnes envoyées à sa recherche. Elle donne l’endroit où il a été vu pour la dernière fois: un dock de Terfalindar.

Les personnages embarquent dans la navette d’Oliandil et rallient Terfalindar; la fête bat encore son plein et la station est un véritable chaos de cris, de rires, de chants, de corps plus ou moins dénudés et de substances psychotropes. Lysan leur fait parvenir des images d’une caméra de sécurité montrant Amren Kirdan en pleine discussion avec un Terrien d’une cinquantaine d’années, que Veynir reconnaît comme étant Balthazar Rapac Sorescu, honorable correspondant de la Dame de fer sur la station.

Sur la vidéo, un des sbires de Sorescu, à l’apparence de touriste archétypique, mange un hamburger; l’emballage met les personnages sur la piste d’un fast-food terrien dans le secteur des arrivées internationales; le restaurant est à peu près vide et le tenancier dit volontiers qu’à part trois touristes qui sont dans un motel pas loin, il n’a pas beaucoup de clients. Dans la chambre du motel en question, les personnages trouvent des bagages vides, qui contiennent des formes dans un plastique opaque aux scanners rappelant des pièces d’armures et des armes. Des grosses armes. Et, au mur, le plan d’un dock abandonné.

Traversant la station à grande vitesse, les personnages arrivent au dock juste à temps pour voir Sorescu, pestant contre son équipe avec qui il a perdu le contact, ajuster son fulgurant automatique, être touché au bras par un couteau de lancer et s’effondrer brusquement au sol, pris de convulsions. L’assassin descend tranquillement une échelle, donne un petit coup de pied au corps allongé en ricanant et se dirige vers la sortie.

Les personnages se préparent à monter une embuscade dans les règles de l’art lorsqu’une voix féminine, derrière eux, leur hurle de lâcher leurs armes et de ne pas bouger. Amren porte la main à sa ceinture mais n’a pas le temps de faire plus: il est touché par un carreau d’arbalète électrifié et deux coups de neutralisateur et tombe en petit tas. Les personnages doivent gérer une Li Soong quelque peu nerveuse, avant que la milice de Terfalindar ne déboule et embarque l’assassin.

Sorescu, stabilisé par Fiametta, est embarqué par les services de secours; du petit véhicule, les personnages peuvent entendre la fin de la cérémonie de clôture du festival et l’annonce que Terpendrë est officiellement invitée à rejoindre les Principautés-unies. L’interrogatoire de Kirdan ne donnera pas grand-chose: c’est un psychopathe qui a tué parce qu’il voulait voir les gens mourir.

Le lendemain aura lieu au domaine une cérémonie en l’hommage de Rena – et, plus discrète, à la mémoire de Leyran Varejin.

Naviguer dans cette série

OpLupanar, épisode 2: Des cliques et un claqueOpLupanar, épisode 4: Reconnaissance en force

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “OpLupanar, épisode 3: Le président est mort”

%d blogueurs aiment cette page :