OpLupanar, épisode 4: Reconnaissance en force

Après l’intensité des événements autour du Festival des Nouvelles Comètes, il faut au domaine deux bonnes semaines pour prétendre reprendre une activité normale. On ne prétendra pas que le deuil est fait, mais le plus gros du chagrin est passé et les pensionnaires les plus salement atteintes par la mort de Rena – Geryn et Oliandil – se surprennent à sourire de nouveau.

Urion et Fiametta ont pu organiser leur rapatriement de leur semi-épave de vaisseau spatial depuis Olympus jusqu’à Terpendrë et profitent du fait que le domaine est quasi-directement relié à un sas de maintenance pour l’y amarrer. Le duo a également renforcé la sécurité du domaine avec une flottille de drones-libellules en vol aléatoire et de détecteurs de mouvements à l’entrée. Dans l’intervalle, Urion, Spiral et Etty ont surpris une conversation entre Tarik Wenchan et Monsieur Martin dont il ressort que les deux oiseaux sont responsables d’une partie des ennuis du domaine.

L’enregistrement a été transmis à Keren Ethiran, le milicien de Fantir qui leur avait donné un coup de main, qui a fait remonter l’information à Interpol, lesquels ont transmis une demande d’enquête aux autorités de Terfalindar. Combiné à une bronca des producteurs de Silestarin contre les nouvelles règles de l’intendance, le processus aboutit au retrait de Monsieur Martin du poste d’administrateur de l’habitat; Meyan a été nommé à sa place (ce qui l’agace un peu: il n’aime pas les responsabilités) et la disparition dans la nature de Wenchan et de la PanSec.

Cela dit, pendant les Affaires, les affaires continuent: le domaine reçoit coup sur coup une demande pour l’organisation de négociations entre deux parties qui souhaitent rester anonymes et une recommandation du clan Keharen, de Mugen, pour l’accueil d’officiers américains en vadrouille. La requête est liée à une opération militaire desdits américains qui, dans le système de Mugen, ont réduit une base de la Nueva Tortuga particulièrement active. Ce coup d’éclat, massivement relayé par les journalistes embarqués à bord de la task force, leur a valu une grande notoriété dans la région.

Les deux demandes sont plutôt surprenantes. Pire: elles se chevauchent et il faut s’arranger pour que les deux groupes d’invités ne se croisent pas. Deux jours plus tard, la task force américaine – un croiseur léger et trois destroyers – arrive dans le système de Terpendrë; les Américains semblent s’attendre à arriver dans une boîte de strip-tease haut de gamme, ce qui force les personnages à mettre en place en urgence une structure apte à gérer cette attente et à organiser un spectacle ad hoc. Etty et Veyrin font le tour de leur équipement respectif en ricanant très fort; Horácio et Spiral s’inquiètent un peu.

Spiral: “Détends-toi, tu verras…”
Horácio: “Ça va bien se passer?”
Spiral: “Non.”

Fort heureusement, les deux délégations-mystère arrivent en premier; il devient assez clair que ce sont des négociateurs représentant, qui la Fédération des États de la Frontière, qui les Principautés-unies (Lysan en faisant partie). L’ambiance est plutôt tendue, ce d’autant plus que les autorités de Terpendrë sont très partagées sur la question de l’indépendance, une petite majorité des clans étant plutôt pour et une grosse minorité plutôt contre.

Peu de temps après débarquent les Américains: un ambassadeur, Lester Nakajima, la capitaine Destiny Warninch, commandant le croiseur léger USS Monte Cassino et, partant, la flottille, et son adjoint le major Kevin Vildaranion, un Ataneylda qui semble un peu déçu du côté très américain du décor. Assez rapidement, les invités prennent leurs aises et tombent les vestes, une bière à la main, alors que Etty, Veyrin, Spiral et Horácio se livrent à un numéro de pole-dancing assez laborieux.

Pendant que tout ce petit monde s’amuse, Urion s’inquiète d’une panne de réseau informatique; si, à première vue, elle ressemble à une maintenance un peu prolongée, un message sur un canal de diagnostic, normalement pas utilisé pour ce genre de chose, avertit de mouvements suspects dans le système stellaire. Urion prévient Fiametta, en promenade romantique avec le major Vildaranion, lequel passe immédiatement en mode professionnel. Il prend sur lui d’aller sortir sa capitaine d’une grande quantité de bras accueillants, idem pour Son Excellence (qui en oublie brièvement son pantalon).

Les deux délégations sont également prévenues et tout le monde est regroupé dans le bâtiment central du domaine et Urion et Horácio décident de partir aux nouvelles via les couloirs techniques. Peine perdue: les sas d’isolation sont fermés; en voulant passer par les voies normales, genre le tube de transit, Horácio aperçoit une escouade d’individus en armure de combat occupés à mettre en place des armes d’appui. Les officiers américains n’ayant pas réussi à entrer en contact avec leur flotte, tout le monde évacue à bord du vaisseau d’Urion et Fiametta – baptisé pour l’occasion Fugi Fugi, ou Sauve-Qui-Peut.

À bord de la petite navette, c’est un peu serré. Les officiers américains rembarquent à bord du Monte Cassino et suggèrent aux personnages de se mettre à l’abri derrière l’habitat, parce que, selon une expression bien connue, ça va chier des bulles carrées. Les personnages suivent le reste de l’action via les journalistes embarqués: la task force se scinde en deux, les destroyers nettoyant les quelques vaisseaux mercenaires dans le système et le croiseur allant attaquer un croiseur lourd, faisant cinq fois son tonnage, situé à la limite du système (deux bataillons de Marines se chargent de réduire les troupes débarquées dans les habitats).

Le croiseur lord, de la Dame de fer, finit très cassé, mais le Monte Cassino est presque une épave: la capitaine Warninch a été tuée et le major Vildaranion gravement blessé. Dans la mêlée, deux missiles frappent Silestarin, non loin du domaine, détruisant une partie de l’écosystème. Watr, Geryn, Thelis et Sanar décident de rester pour remettre le domaine en état; Oliandil et Veyrin accompagnent les personnages à bord de l’Ethirin. 

Direction: Trian; la chasse au trésor de Leyran commence!

Naviguer dans cette série

OpLupanar, épisode 3: Le président est mortOpLupanar, épisode 5: La tradition, c’est pour les cons

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “OpLupanar, épisode 4: Reconnaissance en force”

%d blogueurs aiment cette page :