Organized Chaos: Inner Conflict

Découvert, tout comme le précédent Druckfarben – quoique dans un tout autre style – dans les colonnes de Progressive Area, Organized Chaos est un groupe de métal progressif venu de Belgrade en Serbie qui nous propose, avec Inner Conflict, une galette fidèle à son nom: pleine de rage, de folie et de Pain of Salvation.

Vous aurez noté que j’ai dit “venu de Serbie” et non “serbe”, non que je doute de la provenance des membres, façon ministre de l’intérieur français contemporain, mais que je souhaite ici faire une distinction avec certains groupes récemment chroniqués (Negură Bunget ou Thy Catafalque) dont la musique avait un caractère plus typiquement national. En fait, Organized Chaos aurait tout aussi bien pu être voisin de palier de la clique des Gildenlow à Göteborg.

J’insiste peut-être un peu trop sur la filiation avec Pain of Salvation, mais beaucoup de choses dans Inner Conflict me rappellent les premiers albums du groupe suédois, à commencer par la voix de Vladimir Lalić. Celui-ci est d’ailleurs secondé aux chants par Marta Vlahović, qui apporte une touche d’originalité bienvenue, qui éclate dans le surprenant “La sonrisa eterna” chanté en italien.

Cela dit, ce n’est pas exactement le morceau le plus représentatif d’un album qui se caractérise surtout par un métal progressif brutal, excité et passablement chaotique. Comme son nom l’indique, donc. De ce point de vue, il est plus moderne (normal) et va plus loin que ce que faisait Pain of Salvation sur Entropia ou One Hour by the Concrete Lake, qui sont quand même deux albums bien secoués.

Souvent longues (la plupart font entre six et huit minutes), les quatorze compositions de Inner Conflict donnent lieu à des multiples changements d’ambiance, allant de l’instrumental mélancolique à la cacophonie déconstruite. De ce point de vue, le premier morceau “Prejudice Idol” est un avant-goût exemplaire.

On a aussi un droit à du WTF qui rappelle par moment les délires de Devin Townsend, comme un “My own personal garden of sin” et ses éléments disco insérés à la hache (“Disco Queen”?), mais également à des morceaux impressionnant comme “Love”, “Beacon of Hope” ou le “Antidote” final.

Inner Conflict est un premier album très impressionnant pour Organized Chaos, quelque peu desservi par son côté clonesque, mais qui parvient à souvent transcender cette influence pour aller plus loin, vers des terres encore en friche. Un remarquable groupe de métal progressif, à découvrir sur Bandcamp et à télécharger pour la modique somme de dix dollars US, ce qui, pour quatre-vingt minutes, fait pas cher du talent.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :