Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
« Outrage et Rébellion », de Catherine Dufour

« Outrage et Rébellion », de Catherine Dufour

Au début du XXIVe siècle quelque part en Chine, des jeunes gens dans une pension’ vont se lancer dans la réinvention d’une musique de révolte. C’est le point de départ d’Outrage et Rébellion, de Catherine Dufour.

Depuis le temps, vous savez que j’ai un sérieux faible pour les romans de science-fiction (et assimilés) qui parlent de musique. Surtout si cette musique change le monde. Pour le coup, je ne suis pas déçu. Mais il a fallu que je m’accroche.

D’abord, parce que l’avenir que décrit Catherine Dufour est sale. Un peu comme si, en trois siècles, aucune leçon n’avait été retenue et que l’humanité, non contente de foncer dans le mur en klaxonnant, avait encore le pied appuyé sur l’accélérateur après l’impact. Du post-apo qui ne fait pas semblant.

Mais ça, le lecteur va mettre un certain temps avant de le comprendre, parce qu’Outrage et Rébellion est un roman présenté comme un documentaire, les paroles croisées des témoins de l’époque, captées dix ans plus tard. On a même, à la fin du bouquin, le générique du doc.

Du coup, le contexte passe en filigrane. On comprend que c’est un monde où la surface est devenue inhabitable et divisé en une poignée de dirigeants, qui vivent dans des tours, et la masse des prolétaires, qui habitent les « suburbs » – illégalement: sous la ville. Plus quelques paumés qui survivent dans les ruines.

Qui plus est, c’est un monde où les altérations génétiques et physiques sont monnaie courante et qui est dominé par un système politique moraliste à poigne, même s’il se craquèle de partout.

« La tyrannie fait peur, la liberté fait peur. Et la peur, c’est comme un métal lourd: ça nique les ongles et ça rend con. »

Outrage et Rébellion

C’est assez trash. Non, soyons honnête: c’est très trash. Déjà, ça commence avec des jeunes adolescents qui sont élevés dans un environnement très traditionnel, très contrôlé et très compétitif – les pension’ – qui ne leur convient pas et qui cherchent à en sortir. Ça ne peut pas être calme.

Au centre de cette nouvelle forme de musique, il y a marquis. Oui, « marquis », sans majuscule. J’y reviendrai. Et autour de marquis, tout une frange d’inadaptés qui vont hurler leur dégoût de la société sclérosée qu’on leur propose et, sans le vouloir vraiment, finir par déclencher quelque chose.

Cette musique, c’est aussi le retour du réel dans une société de plus en plus virtuelle. Où, comme le dit un des personnages, au fur et à mesure que les libertés réelles s’amenuisaient, celles du virtuel devenaient illimitées. Marquis et sa musique vont permettre de reconquérir le réel.

Et c’est donc au travers de ces témoignages – forcément peu fiables – que se dessine ce monde de 2320 (purée, trois siècles!) et le destin de marquis. Un destin tracé dans le sexe, les fluides corporels, la défonce et surtout un spleen énorme.

Pour ajouter à cette forme déjà pas banale, Catherine Dufour joue beaucoup sur la langue, en imaginant des jeux de mots sur la retranscription originale en mandarin et des expressions pas banales qui renforcent encore cette impression d’immersion. La capitalisation aussi est importante, les noms propres n’en ayant plus, mais ceux des animaux – par exemple – si.

Cela dit, si vous avez du mal avec les histoires qui commencent in media res et qui se cantonnent exclusivement à l’intradiégétique, vous risque d’avoir du mal avec Outrage et Rébellion, parce que c’est un peu que ça. Mais c’est un bouquin qui vaut vraiment la peine, un truc qui retourne le cerveau bien comme il faut.

D’autres avis chez L’Épaule d’Orion, Le Dragon galactique, Sous les galets la plage, Juste un mot, entre autres.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “« Outrage et Rébellion », de Catherine Dufour”

%d blogueurs aiment cette page :