Paix sur la Terre aux rôlistes de bonne volonté

Centre œcumenique sous la neige (2010)

Le shitstorm à la mode du moment, dans le petit monde du jeu de rôle, est illustré à plus d’un titre par le récent billet de Cuchulainn, Le rôliste, pire ennemi du jeu de rôle. Je l’ai connu moins énervé, même quand il jouait un Rowaan; c’est dire.

Son coup de gueule vise un certain nombre de discussions sur des groupes Facebook dédiés au jeu de rôle et, surtout, leur tendance à dégénérer en festival du troll sexiste – entre autres. Et, comme de bien entendu, une fois partagé sur Facebook, ce même billet a généré une grosse dose de commentaires pas toujours très courtois.

Il faut dire qu’il y a de quoi débattre sur la forme. C’est un billet d’humeur, du genre qui charge au T-34. Pour reprendre l’expression audiardienne « je ne dis pas que c’est pas injuste, je dis que ça soulage ».

Après, je ne crois pas que ce soit très efficace; s’il est vrai que les gens ont plus tendance à réagir à des coups de gueule – la quantité de réactions sur mon repartage de l’article en question en est la preuve – c’est aussi facile pour des gens de mauvaise foi de pire « ouais, bof, c’est encore machin qui pique sa crise ».

Cela dit, si pas mal de gens semblent très enthousiastes pour débattre de la pertinence de la comparaison avec le football, j’en vois beaucoup moins pour parler du fond du problème.

Ceux qui me connaissent voient sans doute où je veux en venir – je l’ai déjà exprimé assez souvent récemment: c’est un problème de connards. Plus précisément, c’est un problème de gens qui se comportent comme des connards.

En fait, ce qui m’interpelle dans cette histoire, c’est pourquoi des gens se comportent comme des connards. Alors certes, il y a sans doute dans le tas des vrais connards, mais dans mon expérience, c’est une engeance heureusement rare. Il y a par contre pas mal de personnes qui, soit ne se rendent pas compte qu’ils se comportent ainsi, soit qui pensent que c’est drôle.

Le truc, c’est que oui, ça peut être drôle, mais ça implique de connaître son public, d’avoir une connivence qui soit comprise par tous, C’est quelque chose qui est possible autour d’une table, entre potes, éventuellement sur des forums semi-publics, où tout le monde se connaît peu ou prou. Par contre, sur des groupes de discussions publics fréquentés par quelques centaines de personnes, ce n’est pas le cas.

Je précise que le problème est valable pour moi aussi: j’ai une sale tendance à balancer des remarques à l’emporte-pièce qui se veulent drôles, mais qui, avec le recul, s’avèrent au mieux maladroites et, au pire, blessantes. Les gens qui me connaissent savent que je vanne, mais beaucoup ne me connaissent pas (à l’instar de Tigres Volants, je suis peut-être le plus connu des auteurs pas connus).

Les médias sociaux sont devenus une sorte de petit théâtre de la rue, version numérique, où on a tendance à jouer son propre rôle réécrit par un showrunner de comédie. Le souci, c’est que cette réécriture n’est pas toujours très inspirée. La gratification immédiate d’un bon mot, façon cour de Louis XV, a un prix: celui d’une crédibilité sur le long terme.

On va encore dire que je fais mon Suisse, mais je doute que c’est en se comportant comme des connards qu’on va arrêter ceux qui se comportent comme des connards.

Sur ce, comme c’est la période des fêtes, trêve des confiseurs et tout ça, alors je vous les souhaite bonnes. Et paix sur la Terre aux rôlistes de bonne volonté!

(Les autres peuvent continuer à faire ce qu’ils veulent, il ne faudra juste pas qu’ils s’étonnent si on les évite.)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Kakita Somy dit :

    C’est marrant, j’ai l’impression que c’est de saison de se questionner sur les réactions de la communauté. Allez, je me permets de te donner un peu de lecture où je parle de théorie rôliste et des réactions qu’elle suscite 😉

    http://decapeetdedes.fr/du-desamour-envers-la-theorie/

    • Alias dit :

      Hello et bienvenue!

      Oui, la question de la théorie rôliste est aussi un des vieux appeau à trolls. Après, l’opposition – réelle ou supposée – entre « ceux qui disent » et « ceux qui font », ce n’est pas nouveau.

  2. Même si je me tiens à l’écart de cette communauté, je garde un lien par le biais des créatifs, comme Psychée entre autre, qui amènent du grain à moudre à mon moulin. Le reste n’étant que du blabla, cela pourrai normalement être intéressant, mais comme mentionné trop souvent, cela dégénère invariablement et pousse à garder ses distances avec ce microcosme.
    Cela étant, je note que les initiatives constructives vers les novices fleurissent, et c’est une très bonne chose, mais peut-être suis-je bête moi aussi, mais je préfère lancer des sessions découvertes que fréquenter des rôlistes.
    patatedestenebres Articles récents…Jeux-concours du 200ème!My Profile

    • Alias dit :

      Hello et bienvenue sur mon blog!

      C’est clair qu’il y a un effet « microcosme » qui fait que les rôlistes aiment rester entre eux et ont l’instinct grégaire.

  3. L’un des gros problème vient que sur un réseau social, on a un peu l’impression qu’il n’y a que la provocation qui lance un débat… sinon, les discussions finissent à la trappe et personne n’y participe. Donc beaucoup utilisent cette méthode pour lancer le débat. C’est triste et navrant, mais je me fais régulièrement avoir en nourrissant bien généreusement le troll.

    Si ça ne se limitait qu’aux réseaux sociaux, l’article qui a fait le plus de visites en une journée cette année sur Aux portes de l’Imaginaire était un truc « rentre dedans » écrit sur un coup de gueule. (http://portes-imaginaire.org/blog/impopulartie-jeu-de-role/). Dommage qu’il soit si difficile de lancer certains débats sans avoir de réponses ironiques ou (et) provocatrices…
    Laurent GÄRTNER Articles récents…Les anonymes dans Feng ShuiMy Profile

    • Alias dit :

      Bienvenue sur le blog!

      Je pense qu’une question qui devrait se poser, c’est de savoir si des réseaux sociaux sont le meilleur outil pour générer un débat.

  4. Malheureusement, les listes de discussions (qui pouvaient être aussi animées 🙂 ) sont désertes… les seuls notifications de modération sur dnd-fr que je reçois sont des spams tentant de vendre du Viagra, il n’y a même pas eu le moindre message sur D&D5. Certaines personnes perdent le réflexe de regarder leurs mails… Reste les forums… Mais, on revient aussi à un point essentiel, l’absence de modérateurs sur certains groupes donne l’impression aux défenseurs d’une idée et à ses détracteurs tous les droits pour s’entre-déchirer en toute impunité. Parfois, un petit « tu dépasses les bornes là, soit plus courtois » permettrait d’éviter que le débat se transforme en règlement de comptes.
    Laurent GÄRTNER Articles récents…Les anonymes dans Feng ShuiMy Profile

    • Alias dit :

      Dès que tu as un espace de discussion public ou semi-public, il faut de la modération solide, sinon ça part en quenouille le temps de dire « bienvenue ».

      • En sachant que par exemple, mes camarades collectionneurs de minéraux se passent de modération et partagent juste une passion bien prenante. Avec les rôlistes? Impossible d’avoir la moindre discussion, ce qui est bien dommage.
        patatedestenebres Articles récents…Dragonstar, pas fresh, mais trop bath!My Profile

        • Alias dit :

          À mon avis, la différence est que les collectionneurs de minéraux ne se considèrent pas comme des créateurs. Les rôlistes, si – beaucoup d’entre eux, en tous cas. Et qui dit création, dit ego.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :