Petit burn-out rôliste?

Bon, ne dramatisons pas: je ne vais pas brûler mes bouquins de règles et me retirer dans un monastère bosno-moldave pour y méditer sur la vacuité de l’existence face au Grand D20 Dans Le Ciel, mais n’empêche que, depuis la partie de Feng Shui de ce samedi, je me pose quelques questions existentielles. Au niveau ludique, tout au moins.

En fait, le problème est connu et classique: mes cercles ludiques sont très limités et ça commence à virer à la consanguinité. Je ne joue qu’en convention (et, du coup, à Tigres Volants), plus rarement avec la bande habituelle (dite du “Tigres Volants Canal Historique”, qui compte tout de suite trois joueurs) ou, encore plus rarement, avec Thias quand il descend sur la Romandie. En d’autres termes, je joue un peu toujours aux mêmes jeux et avec les mêmes personnes.

Donc, coup de mou samedi soir, après une partie de Feng Shui que j’avais trouvée peu inspirée, mais qui avait bien plu à la bande habituelle. Ce genre dissonance n’aide pas non plus, vu que j’ai l’impression que tout le monde s’amuse, sauf moi. Je dirais bien que c’est de la faute de mes joueurs, qui refusent de faire MJ et, qui plus est, aiment les jeux de pur pop-corn, mais le problème est aussi que je commence à me lasser de ce modèle.

Alors soit je fais autre chose et je risque de frustrer trois personnes, soit je continue et je m’emmerde. Évidemment, il y aurait une troisième solution, qui consisterait à trouver d’autres joueurs, ailleurs, avec qui jouer. Ce n’est pas toujours évident.

Il fut un temps où je jouais à Mage avec un petit groupe, mais ça n’a pas duré pour tout un tas de raison (et, honnêtement, je m’amusais moyennement) et un autre où j’allais jusqu’à faire cent bornes le samedi pour aller jouer avec les vrais-faux Montheysans (Psychée, BBS and co.). C’est sympa de faire un break, mais ces parties longue distance impliquent toujours une logistique un peu complexe.  La présence de Cuchulain dans les parages avait aussi permis de changer un peu de style et de jeu.

L’idéal, ce serait de trouver un club pas trop loin de chez moi où je pourrais jouer de temps en temps; évidemment, la plupart des jeux auxquels les gens jouent dans les clubs (indice: ça commence par un D, ça finit aussi par un D et il y a un & au milieu) ne m’intéressent pas. Mais bon, on peut toujours chercher et, dans l’intervalle, essayer de trouver la perle rare en terme de jeu qui réveille un peu moj intérêt sans faire fuir ma bande de joueurs.

(Photo Leo Reynolds via Flickr sous licence Creative Commons non-commerciale share-alike.)

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

38 commentaires sur “Petit burn-out rôliste?”

%d blogueurs aiment cette page :