Pirates, biotechnologies et hobbits

Trois musiques de film — enfin: deux musiques de film et une inspirée par.

“Pirates des Caraïbes” est un des meilleurs films de divertissement du moment: un grand moment de cinéma dans son genre. De l’action, pas de prises de tête, des jolis costumes, des combats impressionnants et de jolis effets spéciaux. Avec en prime un Johnny Depp totalement chtarbé. À la musique, une vieille connaissance: Hans Zimm… euh, tiens non.

Visiblement, Zimmer a eu un peu honte de repomper quasiment intégralement la musique de Gladiator (moins Lisa Gerrard), alors il a laissé un de ses multiples sous-fifres, du nom de Klaus Badelt, signer la bande originale de Pirates, se contentant de mettre son nom en tant que producteur. “Overproduced“, même: c’est vrai que Zimmer fait rarement dans la subtilité et la demi-mesure… Ce n’est pas que ce soit mauvais: elle est même très bien, mais elle ne surprend pas. Hans Zimmer en roue libre, somme toute.

WXIII (prononcez “Wasted Thirteen“) Patlabor The Movie 3 est un peu dans la même veine. C’est de l’animation japonaise, pour ceux qui n’étaient pas au courant. Autant les deux premiers films étaient fabuleux, autant le troisième déçoit: le rythme est encore plus lent que le deuxième, les personnages de la série originelle n’apparaissent que dans la seconde moitié du film et l’histoire a beau être bien réalisée, c’est une énième resucée du concept “monstre génétique qui détruit tout sur son passage”. Ça doit être culturel…

La musique est, comme pour le second, signée par Kenji Kawai (auquel on doit la plupart des bandes originales des films de Mamoru Oshii). Là encore, quiconque a déjà entendu celle de Patlabor 2 restera en terrain connu. Encore une fois, agréable, mais sans plus.

En troisième, le Seigneur des Anneaux. Ou, pour être plus précis, Middle-Earth, de Bob Catley. Je suppose que, pour le commun des mortels, le nom laissera de marbre. Les amateurs de rock progressif, heureux soient-ils, dresseront l’oreille: ne parle-t-on pas ici du chanteur de Magnum, groupe britannique des années 1990?

Eh bien si. Comme on le sait, Magnum s’est plus ou moins sabordé en 2000, mais ça n’a pas empêché ses membres de continuer des carrières plus ou moins en solo. Bob Catley, que l’on avait déjà entendu sur l’album “Jabberwocky” de Clive Nolan et Oliver Wakeman, nous livre ici sa version du Seigneur des Anneaux. Soyons clair: c’est du Magnum de la grande époque! On croirait réentendre “On a Storyteller’s Night” et, une fois encore, ce n’est peut-être pas d’une folle originalité, mais putain que ça fait plaisir!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :