« Points chauds », de Laurent Genefort

Ces derniers temps, suite à quelques voyages et, plus récemment, une rencontre malencontreuse avec une portière de voiture, je pratique beaucoup les transports en commun. Point positif: ça me laisse du temps pour lire (parce que bouquiner à vélo, c’est moyen pratique) et, du coup, j’enquille les bouquins à la chaîne. Dernier en date: Points chauds, de Laurent Genefort.

Tiré à l’origine d’une nouvelle intitulée Rempart, cet ouvrage décrit les vingt années qui suivent l’arrivée d’extra-terrestres sur Terre à travers les yeux de plusieurs personnages – un militaire, l’employée d’une ONG, un nomade sibérien, un chef d’entreprise de sécurité et un scientifique – et de quelques coupures de presse. Ce n’est pas à proprement parler un roman, mais plus une chronique, où certaines trajectoires personnelles se croisent parfois.

Le point fort de Points chauds, c’est de poser un décor extravagant, mais de façon crédible. L’idée de départ, c’est l’ouverture sur la planète de milliers de portails interplanétaires (les « Bouches ») et, du coup, l’arrivée d’une myriade de peuples extra-terrestres pas du tout humanoïdes. La plupart du temps, ces peuplades – peu nombreuses et sans matériel technologique – ne font que passer, mais parfois, elles tapent l’incruste.

Bon, il y a pas mal de choses à dire sur certains détails techniques, mais, globalement, l’impact à court terme (moins d’une génération) de cette invasion extra-terrestre non-conventionnelle sur les sociétés terriennes, entre crainte, récupération politique, opportunisme, curiosité et mimétisme béat, est plutôt bien vu. La conclusion est aussi bien amenée et ouvre des portes assez vertigineuses.

De plus, de part sa forme, faite de courts chapitres, Points chauds se lit plutôt vite. C’est une lecture plutôt intelligente dans son fond et, pour la forme, dans un style efficace, sans être spectaculairement transcendant. À noter qu’il vient avec un ouvrage compagnon, intitulé Aliens: Mode d’emploi (mais que je n’ai pas lu). Autant dire que, pour des rôlistes qui aimeraient jouer dans cet univers, c’est pain bénit.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. BoB dit :

    Tu m’as donné envie mais 18€ + fdp pr 260 pages… Euh…sans déconner, si le papier est devenu si cher, il est gd tps de passer au numérique.

    • Alias dit :

      Je l’avais acheté sur Octogônes, mais c’est vrai que ça fait un peu beaucoup. En même temps, c’est chez un « petit » éditeur; ça fait mécénat.

  1. 09/11/2013

    […] avis chez : Efelle – Monstres et Merveilles – Lune – A.C. de Haenne – Alias – Herbefol […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :