Pour quelques animes de plus…

Il faudrait que je mette à jour mes pages “Animés”. Parce que, depuis que je les ai écrites, c’est pas qu’on en a vu des nouveaux, mais on en a vu des chiées de nouveaux…

Hellsing: en un mot: grotesque. Hellsing est le nom d’une fondation anglaise qui fait la chasse au surnaturel depuis des temps immémoriaux. Le nom ne sera pas sans rappeler quelque chose aux fans du genre, et quand je vous dirai que le vampire de la famille s’appelle Alucard… Donc, Angleterre contemporaine, chasse au vampire, gna gna gna. Sauf que tous les personnages sont cinglés! On dirait une partie de “Monde des Ténèbres” avec trois joueurs qui déconnent et un qui essaye de rester sérieux, tragique et tout. Bref, décalé et délirant, gore à la façon d’un Evil Dead 2 ou d’un Bad Taste (mais moins, quand même…). Pour une fois, c’est à voir en version anglaise: les doubleurs se sont amusés à enfoncer le clou dans le domaine “British”.

RahXephon: oh, encore un clone d’Evangelion! Quelle surprise. Encore plus surprenant: il est meilleur que l’original. Lui aussi. Bon, vous connaissez le principe: menace extérieure, robots de combat géants, adolescents tourmentés et crises mystiques. Film à onze heures. Sauf que, d’une part, l’animation fait du trampoline sur les cendres d’Evangelion et on a envie de s’attacher aux personnages, et pas de leur remplir la tête de baffes. En plus, le scénario donne l’impression de vouloir aller dans une direction — et pas douze, les unes après les autres. RahXephon, c’est du bhon!

Voices of a Distant Star: ma doué! Trente minutes de pur bonheur. Sur un sujet conventionnel (l’amour entre deux personnages séparés par l’espace et dont les messages arrivent de plus en plus lentement; on pensera à La Guerre Éternelle, de Joe Haldemann), Makoto Shinkai a réalisé un chef d’oeuvre. Oui, lui tout seul: scénario, dialogues, voix (sur la première version), dessins et animation. Lui et son G4. Respect.

Read Or Die: le monde est menacé par un fou, qui ressuscite des savants célèbres et leur donne les moyens technologiques d’aujourd’hui, à la recherche d’une symphonie de Beethoven qui doit détruire l’humanité. C’est sans compter la British Library et ses agents très spéciaux, dont “The Paper”, une bibliomaniaque japonaise aux pouvoirs très spéciaux. Sur ce thème déjà passablement déjanté, les auteurs ont pondu une mini-série en trois épisodes très léchée. Et non, ce n’est pas hentai

Battle Fairy Yukikaze: sur une planète lointaine, les Terriens affrontent un ennemi dont on ne sait rien. Comme si ce n’était pas assez problématique, les différentes tentatives pour lancer des avions pilotés par des intelligences artificielles tournent en eau de boudin et un pilote d’essai commence à se poser des questions quand son ordinateur de bord commence à agir de façon curieusement autonome. Sur cette base, Gonzo (une maison de production spécialisée dans l’image de synthèse, aussi connu sous le nom de “ces malades de chez Gonzo”) a pondu une série de prestige, en six épisodes; seuls les trois premiers sont sortis à ce jour, mais ça baffe! Les amateurs de combats aériens vont déguster les images les plus spectaculaires produites à ce jour.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :