Primasch à Genève

Jeudi soir, je suis allé voir Primasch and the Tzigan Dreams’ Collector, groupe que l’on m’avait vendu comme du klezmer-métal, dans la microscopique salle de la Taverne de la République, à Genève.

À la base, le klezmer, à savoir la musique yiddish d’Europe de l’Est, ce n’est pas trop mon truc, mais quand il s’agit d’aller tester des [trucs bizarres]-métal, je suis souvent partant. Dans le cas présent, c’est plus du klezmer-blues-rock-punk-métal, avec même des bouts de Pink Floyd dedans. Comme dirait l’autre, “y’en a aussi”.

Primasch est un violoniste fou, qui a décidé d’électrifier son violon pour revisiter le klezmer avec ses compères: un accordéoniste fou, un guitariste fou, un batteur fou (bon, ça c’est normal) et un bassiste qui doit être aussi fou que les autres, mais ça se voit moins.

Une des caractéristiques du klezmer, c’est que quand ça décide de bouger, ça bouge beaucoup. Alors ajoutez à cette tendance naturelle l’énergie d’une section rythmique très rock et des influences punko-métal et vous aurez un ensemble qui déménage massivement.

Du coup, assez rapidement, le sous-sol de la Taverne de la République – déjà pas très grand à la base – s’est retrouvé plutôt à l’étroit pour contenir cinq musiciens remuants et le public (une trentaine de personnes, à vue de nez) qui gigotaient en tous sens.

Même si ce n’est donc pas ma came à la base, je me suis retrouvé à vraiment apprécier ce concert de près d’une heure, avec ses collisions de références musicales plus fortes en énergie que celles du LHC (celui du CERN, pas celui de Lausanne) et son violoniste qui va jouer la sérénade au public féminin (même si, à dix centimètres du visage, ça fait limite harcèlement).

Du coup, je ne regrette pas ce concert en fin de soirée un jour de semaine, ce d’autant plus que j’ai quand même pu rentrer par le dernier bus. Bon, j’ai perdu un gant dans la bagarre (façon de parler; c’était surtout la bagarre entre mes deux sacs et de multiples couches de vêtements), mais ça ne péjorera pas pour autant l’expérience de voir Primasch en concert: pour une bonne surprise, c’est une bonne surprise.

Pour vous faire une petite idée, vidéo promo et mes photos du concert:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :