Quand les vieux fichiers attaquent

C’est la faute de Janus!

Bon, maintenant que ça, c’est posé, quelques explications sur le pourquoi du comment. La semaine passée, Janus se réveille de trois ans de léthargie et décide de se lancer dans Tigres Volants v3. Du coup, le voici qui épluche tout le matos et qui tombe sur une erreur dans le fichier intitulé “Création-express”, un PDF disponible sur le site officiel et conçu pour résumer en six pages l’univers de jeu et la création de perso, avec la feuille de personnage en sus.

Qu’à cela ne tienne, je m’en vais corriger le bazar.

Sauf que le fichier InDesign s’avère être impossible à ouvrir. Donc, j’en recrée un autre avec le nouveau modèle de page et le fichier texte originel. Facile.

Ben non. Janus revient à la charge: le nouveau PDF est buggé jusqu’à la moelle.

Cette histoire commence à virer à la leçon de planification dans le design. La blague, c’est que le fichier InDesign originel a été fait en utilisant des plug-ins qui sont devenus obsolètes depuis, donc je n’arrive pas à en récupérer le texte. Je pensais avoir le fichier Word de base, qui s’est donc avéré ne pas être à jour du tout. J’ai donc:

  1. un ancien PDF qui est presque juste, sauf que je ne l’ai plus, car j’ai réécrit par-dessus,
  2. un fichier InDesign que je ne peux pas ouvrir, rapport aux plug-ins, la blague étant que, depuis, le truc géré par lesdits plug-ins a été intégré dans InDesign (les styles de tables),
  3. un fichier Word, théoriquement la source du fichier InDesign ci-dessus, qui s’avère en fait encore plus vieux (datant probablement de la pré-version),
  4. un nouveau fichier InDesign, basé sur 3) et donc complètement erroné, ainsi que le PDF mis en ligne, tout aussi erroné.

Du coup, j’ai ouvert en parallèle le vieux fichier Word et mon PDF du livre de base et je me suis efforcé de tout vérifier. Il y a encore un ou deux boulons à serrer, mais ça devrait être corrigé ce soir.

Moralité: à moins de pouvoir se barrer en courant très loin avant que la merde ne retombe, l’organisation et le future-proofing, c’est bien.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :