Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
Quantum Fantay: Yemaya Orisha

Quantum Fantay: Yemaya Orisha

Accrochez-vous à votre réserve de psylocibes, éteignez la lumière et allumez les ultraviolets, allongez-vous confortablement: le groupe belge Quantum Fantay est de retour avec Yemaya Orisha pour vous emmener aux limites de l’espace-temps et de la conscience!

D’accord, le space-rock de Quantum Fantay est probablement un des trucs les moins originaux qui existent. Surtout si on connaît Ozric Tentacles (ou, pour les encore plus anciens, Hawkwind), on est terrain ultra-connu: rock instrumental entre prog et world-music, saupoudré de claviers planants et sonorités électro diverses.

Yemaya Orisha, huitième album du groupe, ne compte que cinq pistes, mais vu qu’elles durent entre sept et treize minutes, on atteint facilement trois quart d’heure. Ce qui est loin d’être excessif, tout en restant satisfaisant.

Au reste, « satisfaisant » est un épithète qui s’applique fort bien à la musique de Quantum Fantay. Comme mentionné, ce n’est pas très original vis-à-vis du genre, mais, d’une part, c’est super bien fait et, d’autre part, c’est un style musical qui est vraiment très dépaysant.

Quantum Fantay est passé maître dans l’art d’empiler des couches et des couches de musique, un peu à la façon d’un post-rock ultralumineux. Ainsi, les sonorités afro-orientales, électroniques, rock et autres s’entremêlent pour former une tapisserie musicale très riche, sans perdre de la lisibilité.

La maîtrise du groupe dans ce registre est très notable sur « Riddles of the Sphinx » et surtout sur « Serra da Estrela », la dernière piste de l’album. Mais, fondamentalement, un peu tout l’album est de très haut niveau.

Je n’irais pas jusqu’à dire que Quantum Fantay transcende ses glorieux modèles britanniques, mais il s’érige depuis pas mal d’années en digne successeur du space-rock instrumental à la Ozric Tentacles. Yemaya Orisha n’apporte pas grand-chose de nouveau au genre, mais c’est un album de très bonne qualité; vous pouvez le retrouver sur Bandcamp.

Bonus: la non-vidéo de « Gemini Flower »; désolé, mais je n’ai rien trouvé d’officiel

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “Quantum Fantay: Yemaya Orisha”

%d blogueurs aiment cette page :