Radio-Erdorin, saison 4, épisode 5

Cet article est le numéro 43 d'une série de 49 intitulée Radio-Erdorin

Je sais que ça n’a pas l’air, comme ça, avec une sortie sur YouTube et Peertube au 4 du mois, mais l’épisode de mai 2021 de Radio-Erdorin a été quelque peu laborieux à finaliser. Mais, cette fois-ci, c’est surtout ma faute.

Il aurait pu même sortir quelques jours plus tôt si je n’avais pas complètement foiré la première prise. La faute à des éclairages beaucoup trop près de l’objectif, qui ont complètement « cramé » l’image. La deuxième aurait pu être bien si je n’avais pas noté, à ma grande horreur, la présence du câble de micro en travers du champ. Après avoir enregistré. Oui, encore.

La troisième a été la bonne. Enfin, la moins ratée. Mon spot de découpe était une fois de plus trop près – ou pas assez directionnel – et a méchamment bavé sur le côté inférieur gauche de l’image. Ça ne se voit pas beaucoup, grâce au vignette, mais c’est là.

En fait, je me rends compte des limitations de mes deux spots, que j’utilise depuis le début. Ce sont des éclairages directs de chez Cheapos & Frères (officiellement de marque Kaiser), qui ont dû me coûter deux cents balles à l’époque. Le souci, c’est que s’ils ont une lumière douce adaptées à la vidéo, ils ont aussi le défaut «  d’arroser » sans discrimination. C’est pour ça, je pense, que le fond de la pièce est toujours trop éclairé.

Idéalement, il faudrait que j’investisse dans un spot avec une softbox et une grille, mais pour avoir un truc de qualité, c’est pas loin de mille balles. J’ai déjà fait beaucoup d’achats de matos cette année, je préférerais éviter d’en rajouter. Du coup, je vais essayer de mitiger le problème.

En fait, mon plus gros souci, c’est d’arriver à garder les mêmes réglages d’un coup sur l’autre. Comme je ne suis jamais satisfait, j’ai tendance à expérimenter et, régulièrement, je flingue les réglages qui fonctionnaient à peu près bien.

La bonne nouvelle, c’est que je pense commencer à maîtriser l’usage du prompteur. Le gros avantage, c’est que ça réduit de moitié le temps de prise. Le défaut, c’est que ça fait un peu plus de tintouin à mettre en place.

Et aussi que ça bloque l’écran de retour vidéo. J’ai acheté un petit moniteur pour ça, mais je ne suis pas convaincu par le résultat. Je soupçonne que le bidule a un défaut aussi: l’affichage est comme parasité. Faudra que je voie si je dois le renvoyer à la boutique.

Même après quatre ans, Radio-Erdorin, ça reste du « work in progress ». Mais je suppose qu’on devrait pouvoir dire ça d’à peu près tous mes projets. En y réfléchissant, « work in progress » pourrait faire une épitaphe amusante.

(Ou « rock in progress », comme j’ai d’abord tapé par inadvertance.)

Naviguer dans cette série

Radio-Erdorin, saison 4, épisode 4Radio-Erdorin, saison 4, épisode 6

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

5 réflexions au sujet de “Radio-Erdorin, saison 4, épisode 5”

  1. J’aime bien ce genre de prog….rammation 😀

    Alors sur ce que tu fais écouter :
    – Starship velociraptor est intéressant car ça fait aussi appel à des sons qui me parlent. Mais ça me paraît “surproduit” à l’US et le titre me rappelle un Wigwam bien connu des eurofans
    – Violet cold : difficile de juger le son sur youtube et autre…
    – Unleash the archer : Ca reste de l’astiquage sans saveur pour moi
    – Keor : Complexe en effet et pas très homogène de prime abord dans la production. A trop vouloir montrer, on ne montre plus rien
    – Konom : vraiment trop prog et trop lissé pour moi
    – Quenedo … : trop retro et la voix et l’accent c’est juste pas possible sur une telle qualité instrumentale
    – Bruit : c’est ce que j’ai vraiment retenu de cette vidéo même si la rythmique me paraît un peu basique là.
    – vaisseau : Pour moi ça reste plan plan même si on essaye de relever la sauce.
    – Anneke van ginsbergen : L’extrait est sympa mais ils ont fait quoi sur l’arrangement voix? Sur la longueur je me lasserai
    – Nightfall : j’ai failli dormir
    – Nuclear winter : le mixage m’a paru pas très heureux mais là aussi difficile de juger par video.

    Répondre
  2. Je n’avais pas fait le rapprochement entre KONOM et Isaac Asimov.

    Punaise, tu t’es vachement amélioré en prestance et en montage vidéo. C’est du propre !

    Répondre
    • Merci, j’ai surtout bossé sur l’adaptation du script à la forme orale. Mais je n’avais pas conscience qu’il y ait une telle différence avec le précédent épisode.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :