Comment reconnaître le fan de prog absolu?

Rick Wakeman

Comme je suis vain et que je ris à mes propres blagues, j’avoue que j’avais bien aimé ma vanne sur Jon Anderson dans la chronique de Invention of Knowledge. Et, comme je ne sais pas m’arrêter, non plus, je me suis demandé si on pouvait trouver d’autres signes qu’on est un fan de prog absolu.

Alors voilà. Et ne venez pas dire que vous n’avez pas été prévenus.

  • Le fan de prog absolu est capable d’écouter en entier un album avec Jon Anderson au chant. Ça fonctionne aussi avec Geddy Lee.
  • Il connaît par cœur les paroles de « Forgotten Sons » et de « Supper’s Ready ».
  • Il connaît aussi par cœur les paroles de tous les morceaux de Magma et d’ailleurs, il parle couramment le kobaïen.
  • Il pense que plus il y a de manches sur une guitare, mieux c’est – même sur une guitare basse.
  • Il sait ce qu’est un Kelstone, un stick Chapman, une Warr guitar et une Léode.
  • Il sait aussi ce qu’est un Mellotron et trouve que les vrais ont un meilleur son que les samples.
  • D’ailleurs, il reconnaît à l’oreille cinq types différents de claviers, voire peut en donner l’année de construction.
  • Il sait expliquer la différence entre le Rock Progressivo Italiano, le Crossover Prog et la Scène de Canterbury.
  • Il connaît au moins cinq groupes qui viennent de pays du sud-est asiatique, d’anciennes républiques soviétiques ou d’Amérique latine.
  • Il trouve que Pendragon, c’est sympa, mais mainstream.
  • Il pense que Pink Floyd, c’est devenu commercial après Ummagumma.
  • Il refuse de considérer l’existence de Genesis après le départ de Peter Gabriel (mais il ira quand même les voir en concert, dès fois que…).
  • Il fait plus de 500 km pour aller voir un festival. Plusieurs fois par an.
  • Il rigole comme un bossu sur ce genre d’image:

Et si vous ne vous reconnaissez pas dans cette liste, c’est normal. Les fans de prog absolus, c’est comme tous les absolus: ça n’existe pas. Dans l’absolu.

(Photo: Rick Wakeman en concert à São Paulo, Brésil, 21 novembre 2012, par Aurelio Moraes via Wikimedia Commons, sous licence Creative Commons, partage dans les mêmes conditions.)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. sitatof dit :

    J’ai ri comme un tordu sur l’image, et sur tes critères qui décrivent le fan absolu, mais je ne crois pas que ça suffira pour que j’en sois un :–)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :