Rendezvous Point: Solar Storm

Rendezvous Point: Solar Storm

En écoutant Solar Storm, le premier album des Norvégiens de Rendezvous Point, découvert grâce à une récente chronique de Neoprog, je commence à croire que Haken et Leprous ont eu un impact considérable sur le rock progressif contemporain.

En effet, la musique Rendezvous Point flirte sur la frontière entre rock progressif et métal progressif, avec un œil sur leurs congénères de Leprous, auxquels ils empruntent une tendance aux constructions complexes et aux ambiances mélodramatiques.

Solar Storm ne compte que sept morceaux, la plupart de longueur raisonnable – de quatre à sept minutes – avec une exception dépassant légèrement les dix minutes. L’album totalise à peu près trois quarts d’heure de musique, ce qui peut paraître peu par rapport au standard du genre, mais Rendezvous Point compense par l’intensité.

Car les compositions de Rendezvous Point portent en elles un sentiment d’urgence; on a l’impression de constructions en équilibre instable, qui n’échappent à la chute qu’en allant toujours de l’avant. En progressant, en quelque sorte.

Difficile de trouver des moments faibles dans ce bien nommé Solar Storm. Je soulignerai l’excellent niveau de pistes comme « Wasteland » – single de l’album – ou le très énervé « The Hunger », sans parler de « Mirrors », le morceau de dix minutes.

Le plus gros défaut – voire le seul – de Solar Storm est peut-être sa pochette, très moche et pas vraiment dans le ton de l’album. Pour le reste, Rendezvous Point signe un album presque parfait. Vous pouvez d’ailleurs l’écouter et l’acheter sur Bandcamp pour €10.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :