Alustrium Promethee Saelig Oya Muse

Le restes du samedi: Alustrium, Muse, Promethee, Seylig Oya

J’inaugure ici une nouvelle rubrique, de parution probablement très irrégulière, puisque ça parle de ce que j’ai écouté (ou lu, ou regardé, mais cet épisode concerne seulement la musique), mais que je n’ai pas chroniqué, faute d’intérêt.

Disons les choses ainsi: ce sont des choses qui entrent dans la catégorie “ce n’est pas que c’est mauvais, c’est que je n’aime pas” (ou, en résumé, “ce n’est pas toi, c’est moi”).

À commencer par Alustrium et son album A Tunnel to Eden, qui m’a été vendu par Angry Metal Guy comme du death-metal progressif, mais je n’y ai entendu que du death-metal tout court. Comme ce n’est pas exactement mon genre préféré, si on n’y met pas une bonne dose de mélodique et/ou de prog, je n’ai pas été enthousiasmé.

L’album est à l’écoute sur Bandcamp.

Je pourrais dire à peu près la même chose de Unrest, du groupe genevois Promethee (sans accent, même genevois). Il mélange death et djent, mais qui peine à enthousiasmer mon p’tit cœur de prog-head. J’ai acheté l’album parce qu’ils sont ce soir même en première partie d’Eluveitie, mais ce n’est pas eux que j’irai écouter.

Le groupe a une page sur Bandcamp, mais pas le dernier album; la vidéo de “Broken Structure” est visible sur YouTube.

En parlant de prog, Saelig Oya est un groupe français dont le dernier album, Chaos-Chaos a fait pas mal parler de lui dans la progosphère française. À l’écoute, j’ai un peu trop l’impression d’écouter un groupe du début des années 1990, avec une chanteuse qui rappelle Maiko de Arrakis, mais qui – comme souvent en prog français – a du mal à ne pas en faire trop.

Vous pouvez écouter Chaos-Chaos sur Bandcamp; il est aussi disponible à prix libre sous licence Creative Commons.

Enfin, Drone, le dernier album de Muse, propose du Muse. Qui est surpris? Fondamentalement, Muse est un peu le Queen de cette dernière décennie, avec des morceaux plutôt sympathiques, souvent desservis par une tendance à la théâtralité, i.e en faire des tonnes. Et des parties enregistrées casse-couille, principalement parce que je n’aime pas l’armée en général et l’archétype du sergent instructeur en particulier.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Le restes du samedi: Alustrium, Muse, Promethee, Seylig Oya”

%d blogueurs aiment cette page :