“Romance de Mars”, de Bruno Bellamy

Bruno Bellamy a publié récemment une petite bande dessinée, intitulée Romance de Mars, version “arbre mort” retravaillée de planches publiées sur son site, webcomics-staïle.

Comme tout rôliste mâle d’un certain âge, j’ai une tendresse nostalgique pour les “Bellaminettes” de Casus Belli, créatures féminines court-vêtues apparaissant en dernière page du magazine. Oui, j’ai un peu honte, mais plus du caractère nostalgique que de la tendresse en question.

Or donc, avec cet ouvrage, Bruno Bellamy, créateur des créatures (comme leur nom l’indique), prouve qu’il n’a pas abandonné le dessin, pour notre plus grand bonheur.

Romance de Mars est un livre curieux. Déjà, l’auteur s’y met lui-même en scène, artiste-journaliste commandité par les autorités terriennes pour aller faire un compte-rendu de la vie sur Mars.

Il y est accueilli par une charmante hôtesse, dont le seul sourire semble dissiper toute la mauvaise humeur du monde en trente secondes chrono, et découvre une société sinon idyllique, du moins aux antipodes du productivisme forcené des Terriens. Végétarianisme, travail non subi, absence de l’argent et gestion du temps libre dominent la société martienne.

Le ton est assez étonnant, également. Nonobstant la présence, en fin de chaque chapitre, d’une pin-up plus ou moins dénudée (mais plutôt plus que moins), on pourrait presque croire à un conte pour enfants.

En prenant en compte un public plus adulte, on peut aussi dire que c’est très naïf: les Terriens sont râleurs, leurs politiciens sont fourbes et arrivistes, alors qu’au contraire, les Martiens – enfin, on voit surtout des Martiennes – sont gentils, décontractés et écolos (pour d’assez bonnes raisons).

En fait, la Mars de cette histoire est une utopie qui me rappelle pas mal le Caza des années 1970, notamment sa désopilante trilogie des hachélèmes. Après tout, l’auteur ne cache pas que le sieur Mœbius a été son modèle et c’est un peu de la même époque, époque fort fournie en utopies écolos.

Au niveau style, j’ai été agréablement surpris par Romance de Mars: j’ai encore un vague souvenir des autres bandes dessinées de Bruno Bellamy, qui m’avaient paru à l’époque très rigides. C’est un défaut que je vois souvent chez les illustrateurs (et les illustratrices, pas vrai Psychée?) qui s’essayent de la bande dessinée.

Ici, le trait est simplifié, parfois à l’extrême; certains planches ont même un côté manga assez marqué, ce qui rend le dessin et la narration plus fluide. Ça manque un peu d’audace – le découpage est très classique – mais ça ne donne au moins pas l’impression de lire un roman-photo dessiné.

Le gros défaut de l’ouvrage est qu’il n’est qu’une première partie. Mais ce n’est pas très gênant, parce qu’au final, la trame est assez accessoire. Disponible sur la boutique en ligne de l’auteur à un prix très raisonnable (€12 pour 148 pages, plus les frais de port), Romance de Mars est une bande dessinée qui est très sympathique et dont on espère que le succès poussera Bruno Bellamy à nous faire ce deuxième tome prochainement.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur ““Romance de Mars”, de Bruno Bellamy”

%d blogueurs aiment cette page :