Salon POP’Up 2010

Salon POP'up 2010

Pour ceux qui ont lu la note-express d’hier, Isa et moi avions pris l’excuse du Salon POP’up pour ce petit week-end à Paris – qui aurait pu être en amoureux si on avait eu cinq minutes à nous. En même temps, ce n’était pas non plus le but. Bref, le salon en question. Si j’ai bien compris l’idée, il s’agissait d’un salon de la pop-culture indépendante: musique, mode, illustration, jeux, etc. Une manière moins élégante – mais suffisamment juste pour que la comm’ du salon la reprenne – d’en parler est « un Marché de Noël pour les geeks ».

Dans les faits, c’était surtout un marché de Noël pour geekettes, avec une impressionnante concentration de fabricantes de bidules de mode, bijoux plus ou moins kitschs et fanfreluches diverses, plus quelques illustrateurs et trices et une poignée d’autres stands. Au temps pour la diversité, mais, en même temps, ce n’est pas non plus évident de faire autrement si les seuls exposants intéressés se recrutent parmi les artisans verroteristes – et non, je n’ai pas « terroristes », même si j’ai peut-être pu le penser.

Parce que bon, soyons clair: c’est le genre de salon qui met Isa en joie mais qui n’éveille en moi que des sentiments que je qualifierais de mitigé par pur amour de l’euphémisme (il n’y a rien que je n’aime plus que l’euphémisme, sinon peut-être l’hyperbole). Le truc est qu’à l’invitation de Jess, qui fait partie de l’organisation du salon, 2 dés sans faces aurait dû avoir un stand sur le salon, mais des circonstances extérieures ont fait que ce n’était pas possible.

Sans aller jusqu’à dire que ce désistement de dernière minute est une bonne chose – hormis le fait que ça m’a permis de faire un week-end geek avec Isa au lieu de faire mon asocial en solitaire – je doute que le salon aurait été une bonne vitrine pour nos jeux. D’une part, on aurait été le seul stand rôliste et, d’autre part, je n’ai pas l’impression que le public était venu pour ça.

Jess m’a dit que son idée première était de faire un salon à la japonaise, avec beaucoup de petits stands très mélangés, pour permettre également aux exposants de discuter parmi et de faire du réseautage. Ce qui est une plutôt bonne chose, mais j’ai quand même l’impression que, dans ce genre de cas, trop de diversité tue un peu la diversité; je ne vois pas trop ce que peuvent se dire un studio de création de jeux vidéos et une fabricante de chapeaux en dentelle.

Mais bon, il faudra voir pour la deuxième édition. L’idée en soi n’est pas mauvaise et change un peu des conventions ultra-spécialisées du genre Japan Expo. Ce n’est sans doute pas très adapté au jeu de rôle, mais c’est peut-être aussi au jeu de rôle à s’y adapter.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ciryon dit :

    Arg j’ai loupé ça 🙂

  2. Mumu dit :

    Bonjour,
    Avez vous participé aux autres éditions. Si oui, qu’en pensez vous, l’esprit geek est il toujours aussi présent?

    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :