San-Antonio, morceaux choisis

Je ne résiste pas à partager avec vous ces quelques extraits de Messieurs les hommes, un San-Antonio vieille époque (1955), qui est à mon avis un des premiers dans lequel éclate réellement le “style San-A”.

Le rififi est à son comble… Toutes les gagneuses, tous les messieurs qui tortoraient dans l’établissement se sont pris par la main pour s’emmener au bois voir si les lauriers ont repoussé et s’ils peuvent se planquer derrière. (…) Les perdreaux s’amènent… Ça gueule, ça cavale, ça siffle, ça se barre sans payer, ça se gourre de pardingue au portemanteau… Une corrida extraordinaire… Les garçons se sont enfermés dans le Frigidaire; la caissière s’est pris un nichon dans le tiroir de son enregistreuse; le chef cuisinier s’est renversé sa bassine de friture sur les valseuses et se met à appeler sa mère… Le patron dit que l’assurance ne marchera pas pour sa vitrine… Les perdreaux me demandent mes fafs… On examine Mémé lequel est tellement mort qu’on ne peut plus imaginer qu’il a été vivant…

Plus loin:

Je me coule jusqu’au poste de radio et je m’offre Luxembourg comme une reine. André Claveau est en train de sévir. Il dit qu’il aime une femme et comme il est tout seul devant un micro personne ne se marre.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, ça s’est de la prose! Et encore, on en est à une époque où Bérurier ne fait que de timides et épisodiques apparitions.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fred H dit :

    Ouais, de la vraie prose, une sacrée plume, et un vrai talent. D’ailleurs ma femme l’utilise pas mal en cours de français quand elle fait travailler les figures de style ; avec Desproges aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :