Scènes de la vie eyldarin: prise de contact*

Cet article est le numéro 1 d'une série de 4 intitulée Scènes de la vie eyldarin

J’ai récemment écrit cette série de textes dans le cadre de la campagne lupanar, dans le but de poser quelques détails sur la société atlano-eyldarin propre à l’habitat spatial dans lequel est situé le Domaine des trois sources, le fameux « lupanar » dont les personnages sont actionnaires. L’idée est que, pour des personnages venant d’horizons lointains – genre, au hasard, la Terre – le simple fait d’aller acheter un casse-croûte peut s’avérer une aventure en soi.

Dans cet article et les deux à suivre, je vous propose donc une petite immersion dans la sphère culturelle atlano-eyldarin et quelques idées de saynètes, conçues pour meubler des temps morts et donner aux joueurs un petit aperçu de la vie quotidienne dans Silestarin. Commençons par quelques généralités.

Les températures à l’intérieur de l’habitat variant entre 15° et 25° C, les vêtements sont une chose rare et limitée au strict minimum social. Ce qui implique parfois pas de vêtements du tout, d’ailleurs, mais le plus souvent une chemise ou une tunique, parfois un pantalon et des sandales. Un habillement plus recherché signifie souvent qu’on a affaire à une personne avec un rang officiel et, surtout, qui cherche à le montrer. Corollaire de l’environnement contrôlé : on ne parle pas du temps qu’il fait.

Le tutoiement est la norme et est automatiquement utilisé avec des inconnus et des étrangers : cela veut dire que le vis-à-vis est considéré comme un égal a priori et c’est donc – paradoxalement – une marque de respect ; note amusante : l’anglais galactique a ressuscité la forme thou de l’anglais pour l’occasion. Le vouvoiement implique une déférence bien plus forte qu’en français : c’est la forme de la servitude.

Eyldar et Atlani ont le contact facile et les salutations s’accompagnent souvent de poignées de mains plus ou moins alambiquées suivant les coutumes de clan, voire de baisers. Un baiser sur les lèvres signifie « tu me plais » ou, encore plus prosaïquement, « où tu veux, quand tu veux ».

La plupart des personnes que les personnages vont croiser ont d’autres occupations ou, à tout le moins, d’autres formations. Pour la plupart d’entre eux, le métier qu’ils font en ce moment n’est pas leur premier et recouvrent parfois des réalités très différentes : le tailleur a peut-être été ingénieur en électronique ou pilote il y a quelques décennies.

* Oui, blague eyldarin; oui, je sais. Il faudra vous y faire.

Naviguer dans cette série

Scènes de la vie eyldarin: faire son marché*

Flattr this!

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :