Sherlock Holmes

Franchement, je ne vois pas comment j’aurais pu ne pas aimer ce film: il y a Sherlock Holmes, d’une part, qui est un de mes personnages littéraires préférés. Ce Sherlock Holmes est interprété par Robert Downey Jr., qui avait déjà fait auparavant un Tony Stark de toute beauté dans Iron Man.

Il y a un Dr Watson, interprété par Jude Law, qui rappelle à notre bon souvenir que, loin d’être un faire-valoir fat et empoté, c’est un ancien médecin militaire et quelqu’un qui, à défaut d’avoir le sens de l’observation et le génie déductif du détective, a suffisamment de sens commun et d’esprit pratique pour douze Holmes.

Et puis, surtout, il y a cette reconstitution du Londres de la fin du XIXe siècle, si parfaitement steampunk avec ses ruelles pavées, ses débuts de technologies domestiques, ses lords so british, ses sociétés secrètes et autres machines infernales et son inframonde criminel crasseux. Je mentirais si je disais que ça n’était pas une des motivations premières pour voir ce film.

Je vais être très honnête: pour ce qui est du reste, il y a du bon et du moins bon. Le très méchant Lord Blackwood (Mark Strong), bien inquiétant mais un peu occulté par son intrigue, des scènes d’action nerveuses, mais qui tirent parfois un peu en longueur. Des effets spéciaux numériques impressionnants, mais pas toujours très réussis et un personnage féminin, Irène Adler (Rachel McAdams) qui agit comme le parfait contrepoint du duo Holmes-Watson, mais qui est un peu pâlotte pour être une véritable héroïne à part entière.

Cela dit, la sauce prend, l’immersion est réussie et le film a la décence de ne pas durer des heures pour ne rien dire. Distrayant, spectaculaire et très pop-corn, Sherlock Holmes est à mon avis une réussite dans le genre blockbuster. Il fera peut-être hurler les puristes qui voient encore Sherlock Holmes comme un détective de salon et qui, du coup, devraient relire leurs classiques.

Et puis un personnage qui est le modèle du docteur House ne peut pas être complètement mauvais. Enfin, je me comprends…

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Ko-Fi, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

3 réflexions au sujet de “Sherlock Holmes”

  1. Bonjours j’aimerai savoir si vous pourriez m’aider pour un exposé sur Sherlock Holmes et Moriarty en me donnant des information sur leur motivation.
    Ce qui pousse Moriarty à être un criminel,Sherlock holmes a faire toute ses enquêtes ce qui les pousse a être ce qu’ils sont
    Ainsi que le pourquoi de leur création
    Merci a vous

    Répondre
    • Ce n’est pas trop mon rayon, il faudrait aller voir sur des sites plus spécialisés sur le personnage.

      Mais Sherlock Holmes est très dans l’esprit de son époque, descendant d’autres détectives fictifs qui se basent sur leur esprit d’observation et de déduction plus que sur la chance ou la force brute.

      Quant à Moriarty, j’aurais tendance à y voir un némésis là encore à la fonction purement narrative, un défi à la hauteur de l’intelligence de Holmes.

      Répondre
  2. “Il fera peut-être hurler les puristes qui voient encore Sherlock Holmes comme un détective de salon et qui, du coup, devraient relire leurs classiques.”

    Je t’aime.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :