Sirenia: Arcane Astral Aeons

Sirenia: Arcane Astral Aeons

Bon, écartons tout de suite l’évidence: Sirenia est un groupe nordique de metal symphonique à voix féminine. Vous pouvez dire “Nightwish”? Bravo! Sauf que, comme le prouve ce Arcane Astral Aeons, inspiration n’est pas copie.

Donc, Sirenia est une formation norvégienne qui accueille comme chanteuse la Française Emmanuelle Zoldan, mezzo-soprano avec une formation de chanteuse d’opéra. Leur musique est un metal symphonique qui, parfois, tire sur le gothique.

Arcane Astral Aeons est un album d’une heure, avec douze pistes – en incluant les bonus. Les morceaux restent de format classique, entre quatre et six minutes; rien qui ne dépasse franchement, dans un sens comme dans l’autre.

Comme pour le précédent, Dim Days of Dolor (appréciez l’amour de l’allitération), “classique” est, du reste, un qualificatif qui s’applique plutôt bien à cet album. Pour une valeur de “classique” qui, bien sûr, se base sur du metal symphonique à voix féminine. À deux détails près.

La première, c’est la présence d’une chanteuse française, qui nous vaut quelques passages en français sur “Desire” et “Nos heures sombres”. Cette dernière piste ressemble d’ailleurs un peu à du Mylène Farmer (mais avec des vrais musiciens et une vraie chanteuse).

La deuxième, c’est un côté metal gothique nettement plus présent que dans d’autres formations du même genre. Ce dernier point, cependant, pose parfois problème. En effet, j’ai l’impression que l’album manque un chouïa de cohérence, comme si Sirenia hésitait entre le gothique et le symphonique sans arriver à se décider et sans arriver à faire un mélange homogène non plus.

Cela dit, c’est quand même très solide. On a des musiciens impliqués dans leurs compositions, une production carrée et un gros son. Il y a somme toute très peu de morceaux faibles dans cet Arcane Astral Aeons – je dirais juste que des pistes comme “Aerodyne” et “The Twilight Hour” sonnent un peu trop Nightwish – et pas mal de pistes qui tabassent bien.

Pour résumer, ce n’est pas l’album du siècle, ni même celui de l’année, mais il est vraiment pas mal. Il ne révolutionne pas le genre, mais il est réalisé avec énergie et compétence. Si vous aimez le metal symphonique à voix féminine, c’est clairement le haut du panier.

Bonus: la vidéo de “Into the Night”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :