Smartvote

La Suisse se prépare – mollement, mais c’est la Suisse – à renouveler, le 23 octobre, les deux chambres de son Parlement. Personnellement, j’ai une assez bonne idée de pour qui je vais voter, mais un des gros problèmes, pour le commun des mortels, est de trouver pour quel candidat voter – voire même une motivation pour voter tout court, la participation étant ces dernières années entre 42 et 48%.

Il existe un outil qui permet de se donner une idée plus précise: Smartvote. À travers une série de questions – 32 pour la version courte, 75 pour la plus longue, avec chaque fois cinq choix: oui, plutôt oui, plutôt non, non, pas de réponse, plus une pondération facultative pour indiquer les questions jugées plus importantes –, le site vous propose les candidats qui correspondent le mieux à vos idées.

Le système n’est sans doute pas sans défaut ni détracteurs, mais il a une force indicative non négligeable; de plus, il est facile d’emploi, avec des questions raisonnablement claires et un système de notation qui permet de répondre avec pas mal de finesse (avec la pondération, 25 niveaux de réponses possibles par question).

Même si, comme moi, on sait pour qui voter, il est toujours amusant d’y faire un tour pour visualiser plus précisément les positions des candidats. Pour ma part, si Verts et Socialistes prennent la part du lion de mes votes (avec plus de 70% de compatibilité), j’ai eu la surprise de voir apparaître un candidat du Parti pirate en deuxième position.

Et, bien évidemment, je ne peux m’empêcher de penser à la série Evil Dead: “Vote smart, Vote Smartvote!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee et sur Patreon pour des soutiens sur la longue durée.

11 réflexions au sujet de “Smartvote”

  1. Je mettrais en gras le “relativement” dans “des questions relativement claires”, parce que certaines sont mal foutues, en particulier dans leur traduction francophone.

    Répondre
    • Tu as des exemples, parce que je n’ai personnellement rien vu qui m’ait particulièrement choqué — et pourtant, j’ai fait le grand test à 75 questions.

      Répondre
  2. Ouff !

    Le système à potentiellement du bon, c’est vrai. Les indécis trouveront très pratique.

    Par contre il faut vraiment avoir confiance hein? Non car un subtil biais par-ci par-là et tu votes pour les idées du développeur.
    Ah bien entendu si tu as des idées bien arrêtées tu te fais pas avoir, mais on parle justement d’un bidule pour indécis, non ?

    Moi je trouves ce truc carrément dangereux.

    MJ

    Répondre
    • Euh, oui mais non.

      Je t’accorde que ce serait mieux si leur système était open-source, mais je trouve qu’ils sont au moins transparents sur la méthode et le financement.

      Alors bon, dangereux, peut-être, mais je doute que ça fasse basculer un vote du tout au tout. Genre, tu réponds négativement à toutes les questions sécuritaires et tu retrouves avec un candidat UDC dans ta liste.

      Et puis c’est un système de recommandation, pas quelque chose qui va voter à ta place.

      Répondre
      • Oh, y a plus subtile.
        Genre tu te dis préoccupé par des questions sociales et on te recommande un communiste.

        Ou même on se retrouve étonné de trouver un membre du parti pirate, (ce logiciel est développé par qui ?).

        Dans l’absolu, c’est pas plus perfide que les campagnes d’affichages massives ou les distributions de fleures dans la rue, mais bon. C’est aussi ça plus ça.

        bâh.

        MJ

        Répondre
        • Sauf qu’à mon avis, à ce niveau, l’effet papillon n’existe pas. Si tu as une influence subtile, tu auras un effet subtil. Un effet subtil sur 15% de votants, je me permets de considérer ça comme négligeable — si influence il y a.

          Répondre
  3. Ce que j’ai trouvé intéressant l’autre jour c’est de voir que les petits nouveaux qui doivent se positionner sont coachés pour mieux répondre aux questions qu’ils doivent eux-même répondre à smartvote pour être certains d’être positionnés comme ils le voudraient.
    Ceci dit, le système est effectivement intéressant dans la mesure où il peut nous faire découvrir des candidats auxquels nous n’aurions pas pensé soit parce que nous les connaissons mal, soit parce que nous aurions des à priori. Et tant que le système ne me recommande pas de voter UDC, je crois que je peux lui faire plus ou moins confiance.

    Répondre
  4. Tiens, aléas de la vie Internet, j’ai été interrogé par Le Temps sur ce sujet, pour un article qui vient de paraître dans l’édition web du quotidien (enregistrement gratuit obligatoire).

    Répondre
  5. Excellent ce système, je viens de le tester (je suis français de France, j’espère que je vais pas pourrir vos stats). Je pense que c’est intéressant dans le sens où ça donne de la visibilité aux politiques avec qui on partage les mêmes idées : exemple en position 3 et 4 j’ai des membres du parti pirate qui sortent et je ne suis pas certain que Monsieur Michu(isse) aie spontanément pensé à s’intéresser à ce Parti (si la couverture médiatique est la même chez vous que chez nous).

    Par contre, c’est vrai que les questions sont parfois un peu tendancieuses et je trouve qu’au final, on ne sait pas en quoi les candidats correspondent précisément à nos attentes.

    Bref, c’est encourageant et un premier pas vers la Démocratie directe à laquelle j’aspire.

    Répondre
    • Ce qui serait encore mieux avec ce système, c’est s’il était open source. Là, même si les organisateurs font des gros efforts de transparence sur leur site (méthode, soutiens financiers), il y a quand même un petit doute.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :