“Some Remarks”, de Neal Stephenson

J’aime bien Neal Stephenson, mais il faut reconnaître que, surtout ces dernières années, il a la prose un peu envahissante. Du coup, je me suis intéressé à Some Remarks, un ouvrage de taille raisonnable (un peu plus de trois cents pages) qui regroupe une petite vingtaine de textes courts: interviews, conférences, nouvelles et autres articles.

Pour être très précis, les textes sont au nombre de dix-huit, s’échelonnant chronologiquement entre 1993 et 2011 et, quantitativement, entre le premier paragraphe d’un projet de roman policier dans les Terres du Milieu à un article de cent pages sur les câbles sous-marins pour le magazine Wired.

Autant dire qu’il y a un peu à boire et à manger dans ce recueil, qui a un petit côté “fond de tiroirs”, mais la relative brévité des textes et la qualité de Neal Stephenson (j’aimerais avoir des textes de la qualité de ses fonds de tiroir) permet de pardonner beaucoup de maladresses.

Dans les textes les plus intéressants, je relèverai l’interview de Slashdot, qui contient son lot de réponses intéressantes et notamment une hilarante description de qui gagnerait dans un duel entre Neal Stephenson et William Gibson.

Ses textes sur la cultures geek, It’s All Geek to Me et Turn On, Tune In, Veg Out, contiennent aussi un point de vue très original, de même que son article du Times au sujet de Anathem, qui tire des parallèles fascinants entre les périodes.

La raison principale pour laquelle je m’étais intéressé à cet ouvrage, c’est parce qu’il contient des conseils d’écriture. À vrai dire, il contient surtout des explications de l’auteur sur comment il écrit, ce qui n’est pas exactement la même chose. Mais cela reste intéressant, même si ce n’est pas le cœur de l’ouvrage.

Mother Earth Motherboard, qui est le titre de l’article sur les câbles sous-marins, est aussi passionnant. Le fait est que, malgré sa taille et le côté rébarbatif du sujet, Stephenson arrive à le rendre intéressant.

Le livre compte aussi quelques textes de fiction, comme Spew ou The Great Simoleon Caper – qui préfigure les bitcoins avec quinze ans d’avance – mais ils ne sont pas très nombreux. Mieux vaut ne pas prendre Some Remarks si c’est ce que vous recherchez.

Au final, Some Remarks est assez fidèle à son titre: une collection de textes disparates, rarement ennuyeux, mais très décousus et assez inégaux – ce qui n’est pas très étonnant quand on constate qu’ils couvrent une période de près de vingt ans. En même temps, “inégal” signifie ici que ça va de “pas mal” à “excellent”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :