Sonata Arctica: Ecliptica Revisited

Sonata Arctica: Ecliptica Revisited

Or donc, cette année marque le 15e anniversaire du premier album des Finlandais de Sonata Arctica. Pour fêter ça (et se faire des sous), le groupe a décidé d’en sortir une version retravaillée, intitulée comme il se doit Ecliptica Revisited – et moi, en bon fanboy, je me devais de l’acheter.

Bon, disons les choses ainsi: à l’époque de sa sortie, en 1999, Ecliptica a sans doute été un des meilleurs albums de power-métal. Moi-même, je ne l’ai découvert que quelques années plus tard mais, même aujourd’hui, il y a encore des morceaux qui me font des gouzis dans des endroits intimes dont on ne parle pas à table.

« Blank File », « My Land », « Full Moon », « Destruction Preventer » – pour ne citer qu’eux – étaient autant de cartons à l’époque et les versions retravaillées qui se trouvent sur cet album ne déméritent pas. C’est du bon, du très bon même.

Cela dit, la question se pose: quel est l’intérêt de l’exercice? Pour aussi bonnes qu’elles soient, aucune de ces versions ne transcendent les originaux au point de justifier l’exercice. Et, de mon point de vue, si je veux en écouter des versions vraiment spéciales, celles qui figurent sur les albums live de Sonata Arctica – Songs of Silence ou For the Sake of Revenge – sont bien plus puissantes.

Donc, au final, Ecliptica Revisited est un album assez bizarre, qui me convainc moyennement – et, très honnêtement, j’aime bien Genesis, mais la reprise de « We Can’t Dance » en bonus n’aide pas vraiment. Il est loin d’être mauvais, mais il est très accessoire. Et donc sans doute indispensable pour le fan, mais bon.

Bonus: le trailer officiel de l’album:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :